Législatives

12 décembre 2019 23:25; Act: 13.12.2019 11:03 Print

Boris Johnson obtient la majorité absolue

Selon les résultats officiels, le Premier ministre britannique a remporté les législatives et va pouvoir mettre en place le Brexit.

Voir le diaporama en grand »
e Royaume-Uni aborde une semaine historique pour devenir vendredi le premier pays à quitter l'Union européenne, après trois ans et demi d'une séparation difficile. Les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen ont signé l'accord de Brexit approuvé par le Royaume-Uni. Cette étape ouvre la voie à sa ratification par le Parlement européen. (Vendredi 24 janvier 2020) Les Etats-Unis espèrent conclure «cette année» un accord commercial avec le Royaume-Uni, dans la foulée du Brexit, a dit à Davos le secrétaire américain au Trésor . Les députés britanniques ont donné jeudi leur approbation finale au texte qui permettra au Royaume-Uni de quitter l'Union européenne le 31 janvier. (Jeudi 9 janvier 2020) La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré mercredi s'attendre à des discussions «dures» avec le Royaume-Uni sur la relation post-Brexit. (Mercredi 8 janvier 2019) Le Premier ministre britannique Boris Johnson veut interdire légalement toute extension au-delà de 2020 de la période de transition suivant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 janvier. (Mardi 17 décembre 2019) Le Premier ministre britannique Boris Johnson a remporté la majorité au Parlement britannique, son parti conservateur ayant franchi le seuil des 326 sièges gagnés sur les 650 de la Chambre des communes, selon les résultats officiels publiés vendredi. (Vendredi 13 décembre 2019) Le chef de file de l'opposition britannique, Jeremy Corbyn, a annoncé tôt vendredi qu'il ne conduira pas les travaillistes aux prochaines élections, après la lourde défaite de jeudi. (Vendredi 13 décembre 2019) Les conservateurs décrochent une très confortable majorité de 368 sièges sur 650, contre 317 lors du précédent scrutin en 2017, selon le sondage réalisé à la sortie des bureaux de vote par l'institut Ipsos/MORI. (Vendredi 13 décembre 2019) Le Parti conservateur du Premier ministre Boris Johnson a obtenu une majorité écrasante lors des législatives britanniques, selon un sondage de sortie des urnes. (Jeudi 12 décembre 2019) Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 7h (8h en Suisse) dans un pays embourbé dans le Brexit depuis le référendum de 2016. (12 décembre 2019) Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 7h (8h en Suisse) dans un pays embourbé dans le Brexit depuis le référendum de 2016. (12 décembre 2019) Elections fatidiques pour le Brexit au Royaume-Uni. (12 décembre 2019) Jeremy Corbyn et sa femme ont voté ce jeudi matin. (12 décembre 2019) Boris Johnson a voté ce matin. (12 décembre 2019) «Réalisons le Brexit!» Boris Johnson, 55 ans, l'a répété comme un mantra tout au long d'une campagne sans relief. «Donnez-moi une majorité et je finirai ce que nous avons commencé - ce que vous nous avez ordonné de faire - il y a trois ans et demi», a-t-il promis. (12 décembre 2019)

Une faute?

Brexit, en avant toute ! Le Premier ministre conservateur Boris Johnson s'impose vendredi comme l'homme fort du Royaume-Uni après son triomphe aux législatives qui lui permet d'honorer sa promesse de sortir son pays de l'Union européenne le 31 janvier, après plus de trois ans de déchirements.

Les résultats publiés jusqu'au petit matin ont confirmé la tendance donnée par les premières estimations: une majorité écrasante pour les conservateurs, qui n'avaient plus exercé un tel contrôle sur le Parlement britannique depuis Margaret Thatcher.

Après dépouillement dans 647 circonscriptions sur 650, le parti de Boris Johnson avait raflé 362 sièges à la Chambre des communes contre 317 remportés en 2017. Principale formation d'opposition, les travaillistes s'effondrent à 203 sièges (contre 262), plaçant leur très à gauche chef de file Jeremy Corbyn sur un siège éjectable.

Ce «nouveau mandat fort (...) donne à ce nouveau gouvernement l'occasion de respecter la volonté démocratique du peuple britannique», a souligné Boris Johnson. Il a évoqué un «tremblement de terre» qui redessine le paysage politique britannique au profit des conservateurs.

Sa victoire écrasante aux législatives de jeudi montre, selon lui, la «décision irréfutable, irrésistible et incontestable» des Britanniques de sortir de l'Union européenne. Après trois ans de désaccords sur le Brexit, «je vais mettre fin à ces absurdités et nous allons le réaliser à temps d'ici au 31 janvier», a déclaré le dirigeant conservateur devant ses partisans.

Accord commercial «lucratif»

Le slogan «Réalisons le Brexit!», que le bouillonnant dirigeant à la tignasse blonde a répété à l'envi durant sa campagne, a fait mouche auprès des électeurs lassés de plus de trois ans de psychodrame. Désormais doté d'une confortable majorité absolue qui lui manquait jusqu'à présent, il ira tout droit à Buckingham Palace pour être renommé Premier ministre par la reine Elizabeth II.

Boris Johnson a été félicité par son fidèle soutien, le président américain Donald Trump, qui lui a promis sur Twitter «un énorme nouvel accord commercial après le BREXIT», «potentiellement beaucoup plus gros et plus lucratif que n'importe quel accord qui pourrait être conclu avec l'Union européenne».

«Très déçu»

Pour le travailliste Jeremy Corbyn, 70 ans, c'est l'humiliation. «Très déçu», ce dernier a annoncé qu'il ne conduirait pas le parti aux prochaines élections, tout en souhaitant voir son parti entamer une «réflexion sur le résultat du scrutin et sur sa future politique». Maigre consolation, il a été élu pour la dixième fois, dans la circonscription londonienne d'Islington nord.

Chef de l'opposition le plus impopulaire jamais enregistré dans les sondages, Jeremy Corbyn a payé sa position ambiguë sur la sortie de l'UE. Il voulait renégocier un nouvel accord de divorce, plus social, puis le soumettre aux Britanniques avec comme alternative le maintien dans l'UE, sans lui-même prendre position.

Les travaillistes ont perdu des fiefs symboliques, comme la ville de Workington. Un groupe de réflexion avait identifié «l'homme de Workington», un homme blanc, âgé, sans diplôme, pro-Brexit comme l'électeur clé pour remporter le scrutin.

«Les conservateurs représentent désormais de nombreux ménages à faible revenu, des personnes qui travaillent dans les industries manufacturières et traditionnelles du centre et du nord de l'Angleterre», a dit à l'AFP le professeur Tony Travers, de la London School of Economics (LSE).

Accord soumis aux députés avant Noël

Jusqu'à présent, Boris Johnson n'avait pas réussi à faire adopter par le Parlement l'accord de divorce qu'il avait négocié avec Bruxelles, faute de majorité à la Chambre des communes. Il a promis de soumettre cet accord aux députés avant Noël avec l'objectif de mettre le Brexit en oeuvre fin janvier, après trois reports.

Boris Johnson a bénéficié d'un coup de pouce du Parti du Brexit, emmené par l'europhobe Nigel Farage, qui devrait faire chou blanc après s'être retiré de nombreuses circonscriptions pour ne pas diviser le vote pro-Brexit.

Quel lien avec l'UE?

Réaliser le Brexit doit permettre de tourner la page et de s'atteler aux «priorités» des Britanniques, comme la santé, la sécurité et les infrastructures, a affirmé le chef de gouvernement. Mais Boris Johnson devra aussi préciser quel type de relation il veut nouer avec l'Union européenne. Dès le Royaume-Uni sorti de l'UE s'ouvriront de difficiles négociations sur ce sujet, censées être conclues d'ici à la fin 2020. Mission impossible vu la complexité du sujet, estiment bien des analystes.

Elections fatidiques pour le Brexit au Royaume-Uni

Les nouveaux députés siégeront dès mardi et Boris Johnson leur déclinera son programme législatif par le biais du traditionnel discours de la reine jeudi.

Pour les pro-UE, l'espoir d'empêcher le Brexit s'est évanoui avec la défaite du Labour et l'échec des libéraux-démocrates, opposés au Brexit, dont la cheffe Jo Swinson n'a pas été réélue.

Seuls les nationalistes écossais du SNP tirent leur épingle du jeu, progressant nettement à 48 sièges, selon les résultats partiels.

«Nous sommes prêts»

Les Européens se sont dits «prêts» vendredi à négocier la future relation avec le Royaume-Uni. «Nous sommes prêts. Nous avons défini nos priorités», a lancé le président du Conseil européen Charles Michel au deuxième jour d'un sommet européen à Bruxelles. Le Belge espère «une ratification rapide par le parlement britannique» de l'accord de sortie négocié entre Londres et l'UE, «afin que l'on puisse démarrer dans la sérénité, tranquillement, mais avec une grande détermination, la négociation sur la phase suivante».

Les Européens veilleront tout particulièrement «à l'intégrité du marché intérieur» et à ce que la future relation garantisse des règles du jeu équitables («level playing fields») entre les deux parties.

Les 27 dirigeants européens doivent charger vendredi le négociateur de la Commission européenne sur le Brexit, Michel Barnier, de négocier cette relation commerciale étroite avec le Royaume-Uni. Selon la dernière version de leurs conclusions, vues par l'AFP, ils vont réaffirmer leur soutien à un «retrait ordonné» du Royaume-Uni «sur la base de l'accord» signé par Boris Johnson lors du précédent sommet, en octobre.

Ils appellent de leurs voeux une «future relation aussi étroite que possible avec le Royaume-Uni» tout en soulignant qu'elle devra être «fondée sur un équilibre des droits et obligations et garantir des règles du jeu équitables» en matière de concurrence.

Le traité sur le retrait du Royaume-Uni prévoit une période de transition jusqu'au 31 décembre 2020, pendant laquelle les Britanniques continueront d'appliquer les règles européennes et d'en bénéficier. La plupart des experts doutent que ce délai soit suffisant pour négocier la future relation.

(nxp/afp)