Guerre en Irak:

06 décembre 2008 09:36; Act: 06.12.2008 09:42 Print

Bush invite les Américains à se réconcilier

Le président sortant George W. Bush a vu samedi dans le futur statut de la présence militaire américaine en Irak la chance d'une réconciliation aux Etats-Unis autour d'une guerre aujourd'hui «résolument en passe d'être gagnée».

Une faute?

«Au moment où l'Amérique entre dans une nouvelle phase de ses relations avec l'Irak, nous avons la possibilité d'adopter ici une nouvelle perspective», a dit M. Bush dans son allocution radiophonique hebdomadaire.

«Nous avons connu des différends légitimes sur la décision initiale de chasser Saddam Hussein du pouvoir puis sur la manière de conduire la guerre», a rappelé M. Bush, qui cèdera la place à Barack Obama le 20 janvier.

Le nouvel accord entre Washington et Bagdad codifiant la présence militaire américaine en Irak et prévoyant le retrait de tous les soldats américains d'ici à fin 2011 entre en vigueur le 1er janvier.

Même s'il pourrait encore être soumis à un référendum d'ici à juillet 2009, l'accord a franchi cette semaine le dernier obstacle gouvernemental et législatif avec son approbation par le Conseil présidentiel irakien, en même temps qu'un accord plus large de coopération entre les deux pays.

Avec les progrès accomplis selon M. Bush en Irak, «les Américains devraient pouvoir s'entendre sur le fait qu'il est dans l'intérêt stratégique et moral du pays de soutenir l'Irak libre et démocratique qui est en train de voir le jour au coeur du Proche-Orient», a-t-il dit.

«La guerre en Irak n'est pas encore finie», a prévenu M. Bush. «Mais grâce à ces accords et au courage de nos hommes et de nos femmes en Irak, elle est résolument en passe d'être gagnée», a-t-il assuré.

Les deux accords «consolident les acquis démocratiques de l'Irak, renforcent sa souveraineté et placent ses relations avec les Etats-Unis sur des bases solides», a-t-il dit.

M. Bush, qui s'est longtemps opposé à toute date de retrait des soldats américains, a expressément évoqué le retrait de «toutes les forces américaines (qui) rentreront d'Irak d'ici à fin 2011».

(afp)