Viande contaminée en France

16 juin 2011 16:53; Act: 16.06.2011 18:51 Print

Ce n'est pas la même souche qu'en Allemagne

La bactérie E.coli qui est à l'origine de l'hospitalisation de plusieurs enfants en France n'est pas la même souche que les graines germées en Allemagne.

Sur ce sujet
Une faute?

L'intoxication alimentaire par la bactérie Escherichia Coli qui a provoqué l'hospitalisation de sept enfants à Lille a été causée par des steaks hachés fabriqués en France notamment avec une viande allemande. Elle n'aurait toutefois aucun lien avec l'épidémie qui sévit outre-Rhin.

Le fabricant des steaks incriminés, la société SEB, a révélé jeudi que la viande qui avait servi à l'élaboration du produit avait été abattue en Allemagne, avant d'être importée en France pour être transformée. Il a précisé plus tard qu'une partie de la viande était en outre originaire de Belgique et des Pays-Bas.

La viande incriminée fait partie d'un lot de dix tonnes et provient de «plusieurs fournisseurs», a déclaré le PDG de la société, Guy Lamorlette. Elle a été vendue par le «hard discounter» allemand Lidl.

La société se défend

«On attend de se faire confirmer que c'est bien le steak haché qui est à l'origine des infections. Ce n'est pas encore le cas. J'attends les résultats des analyses au plus tôt, ce soir ou demain», a-t-il ajouté. Selon lui, l'infection peut aussi avoir été provoquée par «une rupture de la chaîne du froid» ou une cuisson insuffisante de la viande.

Dans l'intervalle, la SEB, basée à Saint-Dizier (est), a annoncé le rappel de tous les lots suspects après une demande des autorités sanitaires. Les autorités recommandent aux personnes ayant acheté ces steaks «de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente». Lidl, lui, a annoncé le retrait de tous les steaks hâchés de SEB de ses magasins situés au nord d'une ligne Bordeaux-Lyon.

Enfants dans un état «sérieux»

Six enfants, âgés de 20 mois à huit ans et originaires de villes différentes de la région Nord et qui n'ont pas de lien entre eux, ont été pris en charge en réanimation pédiatrique au CHU de Lille, après avoir été victimes de «diarrhées sanglantes importantes». Ils étaient toujours hospitalisés à Lille jeudi.

Un autre enfant originaire d'Amiens symptômes a été hospitalisé jeudi à Lille. Il présentait les mêmes symptômes, notamment des diarrhées sanglantes, a indiqué par la suite l'ARS.

Le pronostic vital est «engagé» pour l'un de ces enfants, a indiqué jeudi le docteur Michel Foulard, chef de service au CHU de Lille. «Dans la plupart des syndrômes hémolytique et urémique, les symptômes sont une insuffisance rénale. Il y a toutefois des formes plus sévères pouvant causer des atteintes neurologiques», a-t-il précisé, évoquant le cas de cet enfant.

Trois des enfants ont été placés sous hémodialyse, un rein artificiel. Un septième enfant avait pu quitter l'hôpital dès mercredi.

L'ensemble des sept enfants contaminés ont mangé des steaks hachés suspects, a souligné une porte-parole de l'ARS, contre-disant une information de SEB, selon qui au moins un des enfants n'aurait pas consommé de viande suspecte.

Pas de lien avec l'Allemagne

Cette infection n'a toutefois rien à voir avec celle qui sévit actuellement en Allemagne. Le directeur général de l'ARS, Daniel Lenoir, a ainsi affirmé jeudi après-midi devant la presse avoir «la certitude que ce n'est pas la même souche que les graines germées en Allemagne».

«Il n'y a pas lieu de comparer avec l'Allemagne, parce que ce n'est pas la même souche de la bactérie E.coli. Elle est différente, même si elle est aussi forte», a de son côté affirmé Frédéric Vincent, porte-parole du Commissaire à la Santé John Dalli.

Bruxelles attend

Selon lui, l'exécutif communautaire attend de connaître précisément l'origine de la contamination avant de lancer une alerte européenne. «Il faut savoir précisément où la contamination a eu lieu, sur le lieu de production, sur la chaîne de distribution ou sur le lieu de distribution», a souligné M. Vincent.

La Commission a été échaudée par les conséquences économiques de l'alerte sanitaire mettant en cause des concombres bio produits en Espagne identifiés à tort comme la cause de l'épidémie survenue en Allemagne. La contamination venait en fait de graines germées produites dans le pays même.

(ats)