Incendie à New Delhi

10 décembre 2019 17:43; Act: 10.12.2019 18:36 Print

Célébrés en héros pour avoir sauvé 27 personnes

Deux pompiers indiens ont été félicités lundi pour leur action dans l'incendie d'une manufacture qui a fait 43 morts dimanche à Delhi.

Sur ce sujet
Une faute?

Rajesh Shukla et Ashish Malik ont sauvé à eux seuls 27 personnes des flammes d'un bâtiment de plusieurs étages, situé dans un lacis de ruelles étroites d'un quartier ancien du nord de Delhi. La structure hébergeait plusieurs ateliers de confection illégaux, dont des ouvriers dormaient sur place.

Un des ateliers du bâtiment fabriquait des miroirs muraux, un autre cousait des sacs d'écoles et un troisième des calottes, d'après l'agence Press Trust of India.

Ces sociétés emploient généralement des travailleurs pauvres d'autres régions d'Inde, qui économisent l'argent d'un loyer en logeant sur leur lieu de travail. Certains des employés étaient payés à peine 1'000 roupies (13 euros) par mois.

Certains dormaient

Le pompier Rajesh Shukla, qui a tiré 11 personnes des flammes et a été blessé dans l'opération, a raconté avoir été choqué par le nombre de personnes qu'il a découvert à l'intérieur. «Personne dans le quartier ne nous a informés qu'il y avait tant de personnes à l'intérieur du bâtiment, certains ont dit qu'il y avait trois ou quatre personnes piégées à l'intérieur», a-t-il déclaré au quotidien Times of India. «J'ai vu au moins 30 personnes dans la salle (au troisième étage), la majorité d'entre eux dormaient. Certains étaient morts (...) On nous a dit que les travailleurs dormaient par rotations», a-t-il ajouté.

Des habitants du quartier ont indiqué à l'AFP que les manufactures illégales tiraient généralement leur rideau de fer et le verrouillaient la nuit, pour permettre aux employés d'avoir le temps de s'enfuir en cas de descente de police. «Mais cette fois cela s'est avéré fatal pour eux car un temps précieux a été perdu (par les pompiers) en essayant d'entrer dans le bâtiment», a déclaré un résident qui a souhaité garder l'anonymat.

Deux personnes arrêtées

Le pompier Ashish Malik, qui a réussi à tirer 16 survivants du brasier, a raconté avoir «dû prendre des risques énormes» pour les sortir par l'unique cage d'escalier sur un sol branlant. «Nous avons secouru les travailleurs en les portant sur nos épaules. Certains ont dû être traînés par terre», a-t-il relaté.

Les autorités ont arrêté le propriétaire et le gestionnaire du bâtiment, au motif que les ateliers opéraient sans les autorisations nécessaires et que le lieu ne respectait pas les normes de sécurité.

«Cinq de mes petits-enfants ont perdu leur père. Nous avons tout perdu», s'est lamenté Zameel Ahmed, un père inconsolable dont deux fils de 32 et 34 ans ont péri dans l'incendie.

(afp)