Incendie de Notre-Dame

16 avril 2019 21:36; Act: 16.04.2019 21:36 Print

Ces monuments ont pu renaître de leurs cendres

Au lendemain de l'incendie de Notre-Dame, un petit tour d'horizon des édifices qui ont été reconstruits après une destruction majeure.

storybild

La «Frauenkirche», emblème de Dresde érigé au 18e siècle, reconstruite à l'identique après son effondrement sous les bombardements alliés en 1945. (Photo: AFP)

Une faute?

Bibliothèque de Sarajevo incendiée, Notre-Dame de Dresde bombardée, Christ-Sauveur dynamité à Moscou: avant Notre-Dame de Paris, d'autres monuments historiques ont été entièrement rebâtis après des destructions majeures.

Notre-Dame de Reims

Le 19 septembre 1914, la cathédrale gothique, siège du sacre des rois de France, déjà incendiée en 1481, est bombardée par les Allemands. Les obus embrasent la charpente de chêne. Pendant tout le conflit, l'édifice martyr dont les tours culminent à 81 mètres est régulièrement bombardé.

En 1919, l'Etat entame la reconstruction, secondé par des mécènes privés (notamment la famille Rockfeller). La cathédrale est rouverte au culte en 1938.

Une charpente plus légère constituée de lamelles de béton armé remplace l'ancienne structure. Marc Chagall et Imi Knoebel dessinent de nouveaux vitraux. L'Unesco inscrit l'édifice au patrimoine mondial de l'humanité en 1991.

Notre-Dame de Dresde

En février 1945, la «Frauenkirche», emblème de Dresde érigé au 18e siècle, s'effondre sous les bombardements alliés. Pendant près de 50 ans, la montagne de ruines reste en l'état faute d'argent et de volonté politique des autorités communistes de RDA.

Ce n'est qu'en 1994, cinq ans après la chute du Mur de Berlin, que la reconstruction débute grâce aux 180 millions d'euros de dons de quelque 600'000 particuliers, institutions et entreprises allemandes et étrangères.

Ce joyau de l'art baroque, reconstruit à l'identique avec notamment 8400 pierres d'origine, rouvre en 2005. A son sommet, une nouvelle croix forgée par le fils d'un pilote britannique qui avait bombardé Dresde.

Cathédrale du Christ-Sauveur

Edifiée à Moscou pour célébrer la victoire de la Russie sur l'armée napoléonnienne, l'église est dynamitée sous Staline en 1931. Après plusieurs tentatives pour construire un palais des soviets, une gigantesque piscine à ciel ouvert est creusée en 1958 sur son emplacement. Après l'effondrement de l'URSS, Boris Eltsine en ordonne la destruction.

Rebâtie en béton entre 1995 et 2000 selon les plans originaux, la cathédrale abrite le siège du patriarcat orthodoxe.

Vieille ville de Varsovie

Sur ordre d'Hitler, les Allemands rasent la ville en août 1944. Le 17 janvier 1945, lorsque l'Armée rouge conquiert la rive gauche de Varsovie, celle-ci est détruite à 85%.

Il faut dix ans pour faire resurgir le centre historique. Des volontaires déblayent la ville. On recherche l'emplacement original de la moindre pierre. Les tableaux de Canaletto servent de modèles. La vieille ville est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité en 1979.

La reconstruction du château royal, décidée en 1970, sera achevée en 1984 grâce aux dons venus de tout le pays et de la diaspora.

Fenice de Venise

Construite à la fin du 18e sur les ruines d'un théâtre détruit par le feu, la Fenice (phoénix en italien) subit un premier incendie en 1836. Reconstruite à l'identique, elle rouvre l'année suivante. Mais en janvier 1996, l'opéra est de nouveau détruit par un incendie criminel.

Avec le soutien de l'Etat, de l'Unesco et de donateurs du monde entier, la Fenice est reconstruite «com'era e dov'era» («comme elle était et où elle était»). Après de longs contentieux, les travaux de 60 millions d'euros démarrent en 2001. Le théâtre rouvre ses portes en 2003.

Le Liceo de Barcelone

Le plus célèbre théâtre lyrique espagnol, inauguré en 1847 sur la Rambla, est détruit le 31 janvier 1994 par un incendie provoqué par des travaux. Cinq années de travaux et 110 millions d'euros sont nécessaires pour reconstruire à l'identique cette salle à l'italienne.

La bibliothèque de Sarajevo

Dans la nuit du 25 au 26 août 1992, les forces serbes incendient la bibliothèque nationale de Bosnie, construite en 1896 en style pseudo-mauresque. Les flammes n'épargnent que 300'000 livres sur plus de deux millions.

Les travaux de reconstruction du bâtiment, réduit à l'état de ruine, débutent en 1996, en partie financés par l'Union européenne. La nouvelle bibliothèque, au plus près de son état d'origine, est inaugurée en 2014.

(nxp/ats)