Procès en Savoie

13 décembre 2011 07:46; Act: 13.12.2011 12:01 Print

Chenil de l'enfer: sursis pour les jumelles

Les deux soeurs propriétaires du chenil de l'enfer découvert en janvier 2011 ont été condamnées à trois mois de prison avec sursis. L'association qui a mis au jour l'élevage est en colère.

Une semaine avant la saisie des chiens le 28 janvier 2011, un enquêteur de One Voice avait filmé les conditions d'élevage des chiens en caméra cachée.
Sur ce sujet
Une faute?

Deux soeurs propriétaires d'un chenil en Savoie, où avaient été retrouvés des dizaines de cadavres de chiens, ont été condamnées lundi à trois mois de prison avec sursis par le Tribunal correctionnel d'Albertville.

Le tribunal, qui leur a interdit l'élevage pendant cinq ans, a ordonné la confiscation des animaux conformément aux réquisitions du parquet qui avait demandé la peine de prison, mais n'a pas prononcé l'interdiction d'en détenir à l'avenir.

Peine très légère

«La peine est très légère. Nous sommes très en colère et choqués que les délits de sévices n'aient pas été retenus», a déclaré à l'AFP Muriel Arnal, présidente de One Voice, qui envisage de faire appel de la décision.

«Dans cette affaire hors norme (...) les souvenirs ne s'effaceront pas», s'est indignée dans un communiqué l'association, parlant du dossier «le plus atroce qu'elle ait jamais géré».

Une centaine de cadavres et fœtus de chiens avaient été retrouvés en janvier 2011 dans ce chenil de Jarrier (Savoie), certains dans des sacs en plastique traînant sur le sol, d'autres entassés dans des malles ou des congélateurs hors d'usage.

Préserver «la rusticité et la pureté» des dogues du Tibet

Soixante et un dogues du Tibet et trois ânesses vivaient parqués et attachés dans des caves ou des hangars, dans cet élevage tenu par deux soeurs jumelles, Jacqueline et Françoise B., âgées d'une soixantaine d'années.

Seule présente à l'audience, Jacqueline B. avait affirmé en novembre dernier avoir voulu préserver «la rusticité» et la «pureté» de la race des dogues du Tibet. Elle avait contesté avoir donné des cadavres à manger à d'autres chiens, contrairement à ses premières déclarations.

Détresse humaine

Son avocat, Me Christophe Thill, avait mis en avant «la détresse humaine» de sa cliente, qui «vivait dans des conditions déplorables, d'un autre siècle», avec seulement 450 euros par mois, et avait demandé sa relaxe.

«Sa vie, elle la menait pour ses chiens. Elle n'a que ça», avait-il expliqué à l'AFP.

Il avait également demandé la relaxe de sa soeur Françoise, estimant qu'elle ne participait pas à l'exploitation du chenil autrement que financièrement.

(cga/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Samie le 14.12.2011 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Honte à la Justice française !

    Bravo la Justice ... et dans 3 mois ça recommence ... et le suivi j'en doute aussi ! Une peine de EUR 50'000.- + emprisonnement de 5 ans ferait réfléchir la plupart de ces malfrats !

  • Marine le 13.12.2011 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle leçon ?

    Après ceci on s'étonne de voir des jeunes publiés des vidéos sur youtube où ils donnent un chaton de trois mois à manger à leurs python ? Si on commencait par sanctionner plus lourdement les gens qui maltraitent les animaux on verrai certainement un recul de ce genre de pratique.. Et puis s'il vous plait 450/mois n'est pas une excuse une personne aimant les animaux plus que tout s'en serrait sépraer plutôt que de les laisser vivre dans de telles conditions..... c'est vraiment pitoyable comme jugement..

  • Lulu le 13.12.2011 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    L'être humain, le pire être vivant terre

    On devrait leur faire la même chose, aussi à tous ceux qui maltraitent les animaux, on devrait leur réserver le même sort ! Malheureusement, même la justice Suisse n'aurait pas fait mieux...

Les derniers commentaires

  • Samie le 14.12.2011 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Honte à la Justice française !

    Bravo la Justice ... et dans 3 mois ça recommence ... et le suivi j'en doute aussi ! Une peine de EUR 50'000.- + emprisonnement de 5 ans ferait réfléchir la plupart de ces malfrats !

  • .... le 13.12.2011 21:28 Report dénoncer ce commentaire

    BRAVO

    Après on s'étonne qu'il y a des tentatives de meurtre... Je comprend pourquoi maintenant.

  • Maucci Chantal le 13.12.2011 20:44 Report dénoncer ce commentaire

    Il n ya pas de justice

    Honte a la justice la maltraitance elle s enfout ou est la loi

  • Carine L le 13.12.2011 17:00 Report dénoncer ce commentaire

    Un scandale mais prévisible !

    C'est un vrai scandale mais qui ne m'étonne pas, l'animal n'étant pas reconnu. Si elles n'avaient que 450 euros par mois que faisaient-elles avec autant d'animaux ? Comment pouvaient elles "oeuvrer" pour préserver la race ? ! Il doit leur manquer une case, je ne vois pas d'autre explication !

    • Gallizioli Iren le 13.12.2011 23:45 Report dénoncer ce commentaire

      Un vrai scandale

      Je suis d'accord si on a que 450 euros par mois on ne fait pas d'élevage de chiens car si ce métier se fait dans les règles de l'art cela coûte et ne rapporte pas de bénéfice. Oui j'ai aussi des idées de meurte quand je vois des choses pareilles .

  • Cécile le 13.12.2011 16:33 Report dénoncer ce commentaire

    Mais ça va ou quoi ?!

    Mais c'est quoi cette justice ? ( si on peut appeler ça de la Justice ! ) c'est honteux des choses pareilles ! Qu'on leurs fassent la même choses à ces deux O****** !!! Je suis outrée !