Présidentielle en France

13 juin 2011 13:16; Act: 13.06.2011 15:07 Print

Chirac se déclare pour Hollande... avec humour

Lors d'une visite samedi en Corrèze, l'ex-président français a fait une déclaration qui a suscité de nombreux commentaires.

storybild

Chirac et Hollande lors de leur visite en Corrèze samedi. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien président français Jacques Chirac a suscité la perplexité en se déclarant prêt à voter pour le socialiste François Hollande à l'élection présidentielle de 2012. Mais il a ensuite précisé dimanche à l'AFP qu'il s'agissait d'»humour».

Lors d'une visite samedi du musée qui lui est dédié à Sarran, en Corrèze (centre), Jacques Chirac, 78 ans, accompagné de François Hollande, président du conseil général - l'assemblée du département - , a lancé: «Je vais voter pour lui, sauf si (le ministre des Affaires étrangères Alain) Juppé se présente parce que j'aime bien Juppé».

Cette déclaration a aussitôt suscité de nombreux commentaires, d'autant qu'elle s'ajoutait à un compliment remarqué de l'ex-président de droite à l'égard de l'ancien patron du parti socialiste: dans un passage du deuxième tome de ses mémoires, Jacques Chirac évoque les qualités d'«homme d'Etat» de M. Hollande.

Humour corrézien

Mais dimanche, dans une déclaration à l'AFP, Jacques Chirac a «déploré» l'interprétation de ses propos de la veille, expliquant qu'il s'agissait «d'humour corrézien entre républicains qui se connaissent de longue date».

L'ancien chef de l'Etat (1995-2007), très populaire, a tenu à rappeler comme il «l'a toujours dit» qu'il «ne prendrait pas part au débat politique et en particulier à celui de la campagne présidentielle».

François Hollande, candidat déclaré à l'investiture socialiste pour la présidentielle, avait dès samedi relativisé le propos de l'ex-président. «C'est une plaisanterie, c'est pour énerver ses amis, c'était sur le mode du sourire», avait-il dit.

Dans ses mémoires, Jacques Chirac épingle son successeur Nicolas Sarkozy, un homme «nerveux, impétueux ne doutant de rien et surtout pas de lui-même», qu'il soupçonne d'être à l'origine d'attaques contre lui.

Après la mise hors jeu du socialiste Dominique Strauss-Kahn, accusé d'agression sexuelle à New York et jusque-là grand favori, François Hollande apparaît dans les sondages comme le socialiste le mieux placé, devant la patronne du PS Martine Aubry, qui ne s'est pas encore déclarée.

(ats)