Sommet à Hanoï

28 février 2019 10:06; Act: 28.02.2019 11:00 Print

Cohen a «beaucoup menti», accuse Trump

Donald Trump a tenté de contre-attaquer après la déposition de son ex-avocat Michael Cohen devant le Congrès.

storybild

Donald Trump assure avoir été trop occupé pendant le sommet pour regarder en entier la longue audition de son ancien avocat. (Photo: Keystone)

Une faute?

Donald Trump a accusé jeudi son ex-avocat Michael Cohen d'avoir «beaucoup menti» lors de son audition devant le Congrès où il a accusé le président américain d'être un «escroc» aux liens suspects avec la Russie et achetant le silence d'ex-maîtresses.

«Il a beaucoup menti», a commenté Donald Trump à la fin d'un sommet avec le leader nord-coréen Kim Jong Un à Hanoï, assurant avoir été trop occupé pendant cette rencontre pour regarder en entier la longue audition de son ancien avocat. «Il n'y a pas eu collusion (...) Il a dit qu'il n'y avait pas eu collusion» avec Moscou, a relevé Donald Trump.

Si Michael Cohen n'a pas apporté de preuve décisive d'une possible collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump lors de la présidentielle de 2016, l'ancien fidèle du président a cependant parlé mercredi de ses «soupçons». Et réaffirmé que c'était en complicité avec le président américain qu'il avait commis certains des délits qui le mèneront bientôt en prison.

Michael Cohen a de plus assuré avoir connaissance d'autres actes répréhensibles ou illégaux impliquant Donald Trump dont il ne pouvait pas parler, car ils font l'objet d'une enquête fédérale.

De nouvelles enquêtes

Les démocrates, désormais majoritaires à la Chambre, ont promis de lancer de nombreuses enquêtes parlementaires visant le président républicain. Avec, pour certaines au moins, la perspective d'une procédure de destitution, ou d'«impeachement», qui reste toutefois très lointaine tant que le Sénat restera contrôlé par les républicains.

Donald Trump et Kim Jong Un ont conclu abruptement jeudi leur sommet consacré à l'épineux dossier de la dénucléarisation de la Corée du Nord sans parvenir à un accord, le président américain soulignant qu'il avait décidé de partir du fait de divergences sur les sanctions imposées au pays reclus.

(nxp/afp)