Etats-Unis

09 novembre 2018 10:31; Act: 09.11.2018 10:46 Print

Construction de l'oléoduc Keystone XL suspendue

Sérieux revers pour l'administration Trump qui avait essayé d'imposer ce projet d'oléoduc polluant à la population américaine.

storybild

Keystone XL, qui doit s'étirer sur 1900 km dont 1450 en territoire américain, est destiné à être connecté au réseau existant d'oléoducs aux États-Unis. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un juge fédéral du Montana a suspendu jeudi la construction de l'oléoduc géant Keystone XL, un sérieux revers pour Donald Trump qui avait relancé ce projet très décrié dès sa prise de fonctions malgré les risques qu'il fait peser sur l'environnement et les cultures autochtones. Cette décision intervient deux jours après des élections de mi-mandat mitigées pour le parti présidentiel.

Long de 1900 km, cet oléoduc, déjà partiellement en service, est censé relier les champs pétrolifères de la province canadienne d'Alberta à l'Etat américain du Nebraska, pour aboutir aux raffineries du golfe du Mexique. Il est fermement combattu par les communautés autochtones des territoires qu'il traverse, inquiètes des dégâts environnementaux qu'il pourrait causer.

C'est d'ailleurs en se basant sur une analyse du département d'État américain, qui ne jugeait pas le projet «d'intérêt national pour les États-Unis» au regard des risques afférents, que Barack Obama avait décidé de bloquer la construction de Keystone XL en 2015.

Changement climatique ignoré

Selon le juge Brian Morris, l'administration Trump a délibérément fait fi de cette analyse au moment d'autoriser la relance du projet d'oléoduc en mars 2017, peu de temps après son arrivée au pouvoir.

«Une agence ne peut pas détourner les yeux d'observations factuelles faites par le passé parce qu'elles ne vont pas dans le sens souhaité», a ainsi écrit le juge fédéral. «Pour justifier son revirement, le département d'État a tout bonnement balayé d'un revers de la main des données factuelles liées au changement climatique», a-t-il poursuivi.

M. Morris a enfin accusé le département d'État de ne pas avoir suffisamment pris en compte des éléments tels que la baisse des prix du pétrole, le risque de fuite ou les gaz à effets de serre émis dans le cadre du projet.

En novembre 2017, 5000 barils de pétrole s'étaient déversés dans les plaines du Dakota du Sud, aux Etats-Unis, suite à une fuite sur l'oléoduc Keystone, une des branches de Keystone XL.

La suspension décrétée par le juge fédéral est toutefois temporaire et impose au gouvernement américain d'examiner plus en profondeur les implications du projet sur le climat, la faune et les cultures autochtones.

Mais elle s'apparente à une victoire majeure pour les défenseurs de l'environnement et les communautés amérindiennes, et à un revers de taille pour le président américain, qui avait autorisé dès mars 2017 la construction du pipeline reliant le Canada au Texas, concrétisant ainsi une promesse phare de campagne.

«Renoncer à cette chimère»

Donald Trump avait justifié le contournement du blocage décrété par son prédécesseur au nom de la lutte contre le réchauffement climatique par la volonté de créer des emplois et de favoriser le développement des infrastructures.

Mais les défenseurs de l'environnement et des populations amérindiennes avaient décidé en mars de poursuivre TransCanada, la société exploitant le projet, ainsi que le département d'État pour obtenir sa suspension.

«La décision rendue aujourd'hui montre clairement, et de manière irréfutable, qu'il est temps pour TransCanada de renoncer à cette chimère», a réagi jeudi Sierra Club, qui fait partie des plaignants.

«L'administration Trump a essayé d'imposer ce projet d'oléoduc polluant à la population américaine, mais elle ne peut ignorer les menaces qu'il fait peser sur notre eau potable, notre climat et nos communautés», a ajouté Sierra Club.

Keystone XL, qui doit s'étirer sur 1900 km dont 1450 en territoire américain, est destiné à être connecté au réseau existant d'oléoducs aux États-Unis. Le projet chiffré à 8 milliards de dollars date de 2008 et devrait permettre d'acheminer quotidiennement 830'000 barils de pétrole à travers l'Alberta, le Montana, le Dakota du Sud, le Nebraska et enfin l'Oklahoma et le Texas.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Sourcier le 09.11.2018 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    Trump doit fulminer

    Excellente nouvelle! Trump doit fulminer! Construire un oléoduc enterré est une ineptie sans nom, car en cas de fuite, il faudrait des semaines, voire des mois avant de la trouver! Maintenant qu'une partie est construite, autant la servir pour acheminer de l'eau aux régions qui en ont terriblement besoin, sans mettre en danger la planète!

  • Vivi Debienne le 09.11.2018 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouf!

    Heureusement quil reste quelques personnes lucides au pays de loncle Sam. Trump et sa mégalomanie ont déjà fait assez de dégâts.

  • Wilfried le 09.11.2018 18:54 Report dénoncer ce commentaire

    Merci pour eux ...........

    Détrompez-vous, il y a encore quelques personnes qui possèdent un cerveau, merci pour eux. Avec un président mégalo, encore 2 ans de surprises et si pas de chance plus !!!!!

Les derniers commentaires

  • Wilfried le 09.11.2018 18:54 Report dénoncer ce commentaire

    Merci pour eux ...........

    Détrompez-vous, il y a encore quelques personnes qui possèdent un cerveau, merci pour eux. Avec un président mégalo, encore 2 ans de surprises et si pas de chance plus !!!!!

  • Vivi Debienne le 09.11.2018 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouf!

    Heureusement quil reste quelques personnes lucides au pays de loncle Sam. Trump et sa mégalomanie ont déjà fait assez de dégâts.

  • denis le 09.11.2018 14:11 Report dénoncer ce commentaire

    La construction doit reprendre

    Quelques autochtones empêchent tout le monde d'en profiter et faire tourner l'économie. Les barils doivent de toute façon transiter, alors c'est mieux de le faire via camions ? Je ne crois pas.

    • Kev'n le 09.11.2018 14:58 Report dénoncer ce commentaire

      @Denis

      Profiter de quoi? Les sables bitumineux de l'Alberta sont une aberration économique autant qu'écologique. L'extraction in situ consomme de 1 à 4 barils d'eau pour un baril de pétrole. Les coûts de raffinage et de transport du bitume sont plus élevés que ceux du pétrole conventionnel. La construction du pipeline ny changera rien.

    • Alan le 10.11.2018 01:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Kev'n

      C'est même 1 baril pour 3.

  • Sourcier le 09.11.2018 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    Trump doit fulminer

    Excellente nouvelle! Trump doit fulminer! Construire un oléoduc enterré est une ineptie sans nom, car en cas de fuite, il faudrait des semaines, voire des mois avant de la trouver! Maintenant qu'une partie est construite, autant la servir pour acheminer de l'eau aux régions qui en ont terriblement besoin, sans mettre en danger la planète!

  • on aura tout vu le 09.11.2018 11:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les juges dirigent le pays ?

    Les juges contre les élus du peuple... Pas bon pour la démocratie

    • Damien le 09.11.2018 16:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @on aura tout vu

      les juges font respecter la loi. les élus font respecter leur portefeuille.

    • Trotskid le 09.11.2018 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @on aura tout vu

      Arrête, on te vout venir avec ta propagande pour l'initiative fallacieuse et trompeuse de l'UDC. Et si tu en savais un minimum sur les États-Unis, tu saurais que là-bas, les juges sont justement élus par le peuple.