Chine

12 janvier 2016 07:24; Act: 12.01.2016 07:56 Print

Corruption: l'ex-chef de la police prend 15 ans

Cet ancien vice-ministre, qui n'a pas fait appel, fait partie des hauts personnages du régime épurés dans le cadre de la campagne anticorruption du président Xi Jinping.

storybild

Li Dongsheng, 61 ans, a été reconnu coupable d'avoir touché des pots-de-vin par le tribunal de Tianjin. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-vice ministre chinois de la sécurité publique Li Dongsheng a été condamné à 15 ans de prison pour corruption, a annoncé mardi la télévision chinoise.

Il était l'un des proches collaborateurs de l'ancien tout-puissant patron de la sécurité chinoise Zhou Yongkang.

Ce dernier purge une peine de prison à vie depuis juin dernier pour les mêmes motifs.

Li Dongsheng, 61 ans, a été reconnu coupable d'avoir touché des pots-de-vin par le tribunal de Tianjin. Les procureurs l'avaient accusé d'avoir empoché l'équivalent de 3,3 millions de dollars.

L'ancien vice-ministre, qui n'a pas fait appel, fait partie des hauts personnages du régime épurés dans le cadre de la campagne anticorruption du président Xi Jinping.

Département de la propagande

Ancien photographe, Li Dongsheng avait passé 22 ans à la télévision officielle, dont il fut le vice-président, avant de prendre la tête pendant sept ans, au sein du parti communiste chinois (PCC), de son puissant département de la propagande, suivant un passage par l'administration chinoise du cinéma.

L'apparatchik était passé de la propagande à la police en 2009 grâce à sa proximité avec Zhou Yongkang, l'un des hommes les plus puissants du régime, titulaire du portefeuille de la sécurité au sein du comité permanent du bureau politique du PCC avant sa disgrâce.

Plus haut dignitaire à être frappé par la campagne du président Xi, Zhou Yongkang, issu de l'industrie pétrolière avant de régner durant 10 ans sur les services de sécurité, avait été accusé à son procès de divers abus de pouvoir, de corruption et de divulgation de secrets d'État.

Sa chute avait été liée à celle de son allié Bo Xilai, un temps étoile montante de la politique chinoise et rival du président Xi Jinping, condamné à la prison à vie en 2014.

La campagne anticorruption du président Xi Jinping est souvent critiquée pour donner lieu à des règlements de comptes politiques entre factions au sein du PCC.

(nxp/ats)