Navires suisses escortés

21 décembre 2008 17:48; Act: 21.12.2008 17:50 Print

Couchepin: «Ce n'est pas une action de guerre»

Selon Pascal Couchepin, le Conseil fédéral est prêt à envoyer des soldats sur les bateaux suisses qui croisent au large de la Somalie pour les protéger de la piraterie.

Sur ce sujet
Une faute?

«La Suisse n'a pas d'autre choix si nos navires sont menacés», affirme le président de la Confédération.

Peut-on dire aux pirates: 'Halte, nous sommes un pays neutre, s'il vous plaît, attaquez-vous à un autre bateau ?'», a déclaré M. Couchepin dimanche dans un entretien à la «SonntagsZeitung».

Aucune décision formelle n'a encore été prise, «mais la position de notre gouvernement est claire: nous sommes prêts en principe à envoyer des soldats suisses en Somalie», précise le président de la Confédération.

Protection de l'UE

Une telle mission n'est pas facile, concède M. Couchepin, soulignant que seuls des volontaires y seront confrontés. «Ce n'est pas une action de guerre mais une intervention policière visant à protéger des bateaux suisses», insiste-t-il.

Le Conseil fédéral examine actuellement la possibilité d'une participation de troupes spéciales suisses au sein de la mission européenne Atalante, qui a pour objectif d'escorter les bateaux et dissuader les pirates. En contrepartie, l'Union européenne serait prête à protéger les bateaux suisses.

La police plutôt que l'armée

Pour le président de la commission de la politique de sécurité du Conseil national, il n'est pas nécessaire que les forces envoyées en Somalie soient de l'armée. On peut également faire appel à des unités spéciales de la police, a déclaré dimanche à la radio alémanique DRS Bruno Zuppiger (UDC/ZH).

Dans un communiqué, son parti partage cet avis, estimant que la police convient tout à fait pour une mission purement de surveillance. Pour l'UDC, engager l'armée dans ce cas contrevient à la neutralité.

Cela équivaut à une action militaire dans le cadre d'un engagement international et non pas uniquement d'une défense des intérêts de la Suisse, que la police suffirait à assurer, écrit l'UDC. Et de s'offusquer de «l'affront» fait par le Conseil fédéral à Ueli Maurer en décidant du principe d'une telle mission lors de sa dernière séance de l'année. En l'absence du nouveau chef de l'armée.

A l'opposé de l'échiquier politique, le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) est lui aussi «fermement opposé» à l'engagement de militaires sur les côtes somaliennes. Les Verts sont sur la même ligne.

En revanche, les radicaux et le PDC ne sont pas opposés par principe à ce projet, mais demandent de pouvoir étudier attentivement le dossier pour les premiers et de permettre aux soldats de remplir cette mission uniquement sur une base volontaire pour le second. Le PS n'est pas non plus fondamentalement contre un engagement de soldats pour assurer la sécurité des bateaux, mais en aucun cas les soldats de milice.

Cargo suisse attaqué: une première

La flotte commerciale helvétique est actuellement constituée de 35 navires, manoeuvrés par 600 marins parmi lesquels ne figurent que six Suisses. Il arrive naturellement à ces bâtiments de naviguer dans le golfe d'Aden, des eaux rendues dangereuses par la présence de pirates somaliens, disposant de bateaux ultra-rapides.

Pour la première fois mardi dernier, un cargo suisse, appartenant à la société maritime Enzian, a été attaqué par des pirates, a indiqué dimanche à l'ATS Enzian, confirmant une information de la «NZZ am Sonntag».

Le bateau, qui avait quitté le port de Piombino, en Italie, pour se rendre à Dammam, en Arabie Saoudite, a été pourchassé par plusieurs bateaux de pirates dans le golfe d'Aden, a relaté la compagnie. Mais ceux-ci ont toutefois rebroussé chemin après quelque temps.

Le cargo faisait partie d'un convoi de plusieurs bateaux de transport. Le même jour, quatre autres attaques de navires ont été signalées. Les autorités suisses ont été averties de l'attaque. Selon le porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) Jean-Philippe Jutzi, cet incident fait office de première dans l'histoire récente de la Suisse.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • chris1260 le 21.12.2008 21:06 Report dénoncer ce commentaire

    bravo

    C'est normal que l'ont doit ce défendre l'armée sera plus utile là-bas que de faire des exercice contre les "rouges"

  • Steeve le 23.12.2008 08:18 Report dénoncer ce commentaire

    petites précisions

    les navires transportent les produits de bases que nous mangeons et ceux qui alimentent notre commerce(PME), les soldats prévu sont des Pros du DRA (Forces particulières) pas de miliciens prévu ! Ces soldats resteront sur les navires battant pavillon Helvête

  • ghost le 22.12.2008 22:41 Report dénoncer ce commentaire

    Défense oui par des gardes privés !

    Pas de raison de protéger des intérêts privés ! A eux de prendre les mesures qui s'imposent: soit se "dérouter", soit avoir des gardes privés pour se protéger.

Les derniers commentaires

  • Steve le 23.12.2008 10:27 Report dénoncer ce commentaire

    protéger nos intérêts et notre flotte

    C'est normal. Il faut y envoyer l'armée (des pros et/ou des volontaires) sur les navires marchands Suisse et collaborer avec les autres pays puisque nous n'avons pas de flotte militaire pour assurer des escortes.

  • Darth le 23.12.2008 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    un navire suisse est la Suisse

    Donc, la neutralité n'est pas mise en cause en défendant nos intérêts. De plus, si des troupes d'élites, pro et volontaires existent autant les utiliser. Notre économie a besoin d'une flotte fiable

  • Pat le 23.12.2008 10:07 Report dénoncer ce commentaire

    à Coucouche Pinpin & JDoute

    je voulais juste te préciser que M.Maurer n'a rien à voir là dedans.Il n'a pas encore eu son mot à dire (dès 01.01.09).Je pense qu'il ne serait pas d'accord (comme l'UDC d'ailleurs) que notre armée défende des intérêts privés. OK pour des gardes privés.Bravo à JDoute pour sa solution que je partage.

  • canza eric le 23.12.2008 10:02 Report dénoncer ce commentaire

    soldat

    ces navires ne nous alimentent pas ils travaillent selon l'offre et la demande et de la quotation en bourse. (JY AI TRAVAILLé), de plus comment se fait-il que dans certaine ambassade Suisse se sont des étrangers qui la controle. Et non plus les soldats pro comme la police miliaire mob

  • karakan le 23.12.2008 09:59 Report dénoncer ce commentaire

    drôle

    Une socialiste qui veut envoyer l'armée protéger des bateaux en Somalie et qui est même pas foutu de vouloir protégé ses citoyens des criminels en Suisse. Elle dit "la piraterie existe" merci de l'info, en Suisse aussi, mais là on ne fait RIEN !