Massacre à «Charlie Hebdo»

11 janvier 2015 11:32; Act: 12.01.2015 13:19 Print

Coulibaly revendique son attaque au nom de l'EI

Un homme ressemblant à Amedy Coulibaly, l'auteur d'une fusillade et d'une prise d'otages sanglantes à Paris, s'est réclamé du groupe Etat islamique.

Sur ce sujet
Une faute?

Il a également affirmé avoir synchronisé ses actions avec les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo, dans ce qui apparaît comme une vidéo posthume dimanche sur internet.

Cette vidéo de 7 minutes et 17 secondes, qui a très rapidement été retirée du site Dailymotion, n'a pas été authentifiée dans l'immédiat. Elle se présente comme la revendication posthume de certaines des attaques commises en France en fin de semaine, dans un montage soigné.

«Je m'adresse tout d'abord au calife des musulmans Abou Bakr al-Baghdadi, calife Ibrahim», indique face caméra l'homme ressemblant à Coulibaly, qui est vêtu d'une robe musulmane, d'un keffieh, et qui se tient devant un grand drap blanc sur lequel est accrochée une bannière noire. «J'ai fait allégeance au calife dès la déclaration du califat», ajoute-t-il.

Attaques synchronisées

Un texte incrusté dans ce montage présente l'orateur comme Coulibaly et comme l'auteur des attaques de Montrouge (une policière tuée en banlieue parisienne et 8 janvier) et de la supérette cacher (quatre morts vendredi à Paris).

L'homme affirme ensuite s'être «synchronisé» avec les frères Kouachi, auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts mercredi et marqué le début de trois jours d'horreur.

Il se lance ensuite dans une justification de ces attentats, présentés comme une réponse aux «attaques» contre le califat.

Cette vidéo présente également des images de cet homme en tenue de sport faisant des pompes en extérieur, avec en fond sonore des chants musulmans. Il apparaît par ailleurs face caméra vêtu de ce qui ressemble à un gilet pare-balles.

Amedy Coulibaly a été tué vendredi par les policiers à l'issue de la prise d'otages sanglante de la supérette casher de la Porte de Vincennes.

(afp)