257 morts

12 avril 2018 13:33; Act: 12.04.2018 14:03 Print

Crash en Algérie: le pilote a «évité le pire»

Le pilote du Iliouchine-76 de l'armée algérienne a dévié l'avion pour éviter qu'il ne s'écrase sur des habitations.

Sur ce sujet
Une faute?

Au lendemain de l'accident d'un avion militaire qui a fait 257 morts, le drame aérien le plus meurtrier de l'histoire de l'Algérie, la presse locale titrait jeudi sur une «tragédie» qui laisse un pays «sous le choc».

Les photos du gigantesque empennage calciné de l'Iliouchine-76 de l'armée algérienne qui s'est écrasé mercredi au décollage couvraient la majeure partie des unes des principaux quotidiens. «Tragique!» titrait sur sa première page barrée de noir le quotidien francophone Liberté.

Avion dévié

Le quotidien officiel El Moudjahid a repris en «Une» les mots du président Abdelaziz Bouteflika en titrant sur la «Pénible épreuve» que traverse le pays. L'un des principaux quotidiens arabophones Echorouk a publié de brèves biographies et photos de plusieurs victimes, des militaires engagés ou appelés, notamment du pilote de l'appareil Smaïl Doucene.

D'après le journal francophone El Watan, le pilote a «évité le pire». Plusieurs quotidiens citent des témoins selon lesquels le pilote a dévié l'avion pour éviter qu'il ne s'écrase sur des habitations. «Le commandant de bord a sauvé des centaines d'habitants d'une mort certaine», écrit El Khabar, un autre journal arabophone. El Watan a déploré une «série noire qui n'en finit pas d'endeuiller les personnels» de l'armée algérienne ces dernières années.

Age des appareils

Aucun titre ne spécule sur les causes possibles de l'accident, mais plusieurs mettent en avant l'âge des appareils de l'armée algérienne et leur entretien. «Sollicités parfois à l'usure, les appareils de l'armée de l'air couvrent un territoire immense, plus de 6000 km de frontières», rappelle El Watan. El Khabar estime que les divers accidents ayant précédé le drame de mercredi sont dus «dans la plupart des cas à un mauvais entretien de la flotte aérienne».

Pour le site d'information en ligne Tout sur l'Algérie, «nul doute que les circonstances du drame feront débat et qu'on reparlera de la sécurité aérienne, de l'état de la flotte et de son âge, des conditions de transport des troupes...» Selon Liberté, «très peu de choses sinon rien n'a filtré sur les enquêtes» ouvertes dans les précédents drames aériens.

(nxp/afp)