Syrie

11 janvier 2016 22:19; Act: 11.01.2016 22:21 Print

Cruelle guerre des images autour de Madaya affamée

Le CICR a ravitaillé lundi Madaya, où 42'000 habitants assiégés vivent un calvaire depuis près de six mois.

storybild

Aux photos de famine, le régime répond par des tweets de bouffe.

Sur ce sujet
Une faute?

Plus de 40 camions remplis de nourriture, de médicaments et de couvertures ont atteint hier Madaya. L’opération était coordonnée par le CICR. Cette localité de 42'000 habitants, proche de l’axe Damas-­Beyrouth, est assiégée par les forces gouvernementales et le Hezbollah libanais depuis juillet. Elle n’était plus ravitaillée depuis octobre. Les informations sur une famine dans la ville ont provoqué un tollé.

Médecins sans frontières (MSF) a fait état de 28 personnes mortes de faim depuis le 1er décembre. «C’est une prison à ciel ouvert, a résumé Brice de le Vingne, de MSF. Il n’y a aucun moyen d’y entrer ou d’en sortir, juste d’y mourir.»

Les réseaux sociaux ont diffusé des photos et vidéos montrant des enfants squelettiques. Mais les partisans du régime ont mis en évidence que certains des clichés les plus choquants étaient antérieurs au siège de Madaya. Des internautes pro-Assad ont alors lancé sur Twitter une contre-offensive: sous le mot clé ironique «Solidaires du blocus de Madaya», ils ont posté des images de plats appétissants et de frigos remplis.



Deux autres villes assiégées, cette fois par des rebelles, devaient aussi recevoir des vivres, lundi. Les cinq années de guerre civile en Syrie ont causé la mort de 260'000 personnes et le déplacement de la moitié de la population du pays.

Reportage de France 2 sur la situation à Madaya

Le convoi arrive dans la ville affamée

(arg/afp)