Vidéo du Sofitel

08 décembre 2011 14:53; Act: 08.12.2011 16:21 Print

DSK, Nafissatou et la «danse de joie» en vidéo

BFM TV a diffusé des images inédites de la vidéosurveillance du Sofitel de New York, le 14 mai. Elles montrent DSK sortant de l'hôtel et la femme de chambre Nafissatou Diallo. Décryptage.

Voir le diaporama en grand »
Il est 12h52, DSK sort de l'ascenseur qui mène aux étages des chambres (la vidéo est interdite à ces étages). Il se dirige vers la réception pour faire son «check-out», d'un pas assuré mais pas précipité. Il prend le temps de payer sa note tandis que les employés du Sofitel se chargent de ses bagages. Toujours de manière totalement sereine, il se dirige vers la sortie avec sa valise. Dehors, n'ayant pas commandé de taxi, il loupe un premier taxi. Un deuxième s'arrête, il monte à l'arrière tandis qu'un employé charge ses bagages dans le coffre. Dans la voiture, il appellera sa fille.Un peu plus tard, Nafissatou Diallo sort également des chambres. L'agression est censé avoir déjà eu lieu. Les 13 premières minutes après l'agression supposée, il n'y a pas eu de vidéo. Mais juste après, on découvre la femme de chambre. Cette dernière ne semble ni apeurée ni prostrée. Elle informe la sécurité du Sofitel de son agression. On la laisse attendre une vingtaine de minutes sur une chaise. Pendant ce temps, deux membres de la sécurité se rejoignent dans un local à proximité. Il se lancent dans une «danse de célébration», soit-disant pour fêter la victoire d'une équipe. Cette danse dure 12 secondes environ, et aucune fin de compétition sportive n'est enregistrée à ce moment. Dans le couloir, la femme de chambre mime son agression à une autre employée du Sofitel. A 13h04, dans un local qu'on ne peut voir sur la vidéo (à dr.), un agent de la sécurité écoute sa version puis laisse patienter la femme de chambre une vingtaine de minutes supplémentaire. La sécurité appelle alors la police de New York. Elle arrivera près d'une demie-heure plus tard.

Sur ce sujet
Une faute?

La vidéo en intégralité

La chaîne BFM TV s'est procuré les images des caméras de l'hôtel depuis la sortie de Dominique Strauss-Kahn de l'hôtel à 12h27 (heure de New York) jusqu'à l'arrivée de la police à 14h10, le 14 mai. Sur ces images, on voit d'abord DSK sortir calmement de l'ascenseur du Sofitel, se diriger vers la réception, payer sa note, sortir du hall avant de monter dans un taxi. La scène dure 2 minutes et 55 secondes, selon BFM TV, et M. Strauss-Kahn est visiblement calme et peu pressé. Dans une deuxième séquence, on voit Nafissatou Diallo, qui accuse DSK d'agression sexuelle, être prise en charge par des agents du Sofitel.

Une scène se déroule dans un couloir du Sofitel face à un local de sécurité: un agent de l'hôtel, Adrian Branch, téléphone à la police pour les prévenir qu'une employée affirme avoir été victime d'une «agression sexuelle», selon un enregistrement sonore diffusé par BFM TV et le récit qu'en fait «Le Monde» dans son édition datée de vendredi. Le quotidien dit aussi avoir eu accès aux relevés d'entrée et de sortie de la suite 2806 de M. Strauss-Kahn entre le 13 mai au soir et le 14 mai dans l'après-midi.

Une «danse de joie» de 13 secondes

Sur les images diffusées par BFM TV, on voit Mme Diallo assise dans le couloir, silencieuse et calme. Toute la scène dure de 13h32 à 13h35. Un autre agent, Brian Yearwood, présenté comme l'ingénieur en chef du Sofitel, apparaît dans la séquence et téléphone jusqu'à l'arrivée d'un troisième employé de l'hôtel, Derrik May, selon Le Monde et BFMTV. La chaîne de télévision a ensuite diffusé la fameuse séance de congratulations entre deux des agents du Sofitel, puis l'arrivée de la police sur place.

Ce sont MM. Yearwood et May que l'on peut voir seuls dans un autre local se frapper dans les mains et s'étreindre. M. May commence alors à danser. Cette «danse de joie» de deux employés du Sofitel le jour de l'arrestation de DSK à New York n'a pas duré trois minutes, mais 13 secondes, a indiqué mercredi le bimensuel New York Review of Books (NYRB) dans un erratum. La NYRB a publié sur son site Internet un correctif à l'article du journaliste Edward Jay Epstein, qui avait mentionné cette danse de joie dans un article publié à la fin novembre par le magazine.

Les employés nient qu'il y ait un rapport

Cette «danse de joie» était l'un des éléments qui avaient relancé la théorie du complot contre l'ancien directeur général du FMI, accusé d'agression sexuelle par Mme Diallo.

Dès la publication de l'article, le Sofitel, propriété du groupe Accor, avait affirmé que la scène ne durait que huit secondes, «sans qu'aucune ‘extraordinaire danse de fête’ n'ait pu être constatée». Accor avait ajouté que les deux employés avaient «catégoriquement nié que cet échange ait un rapport avec l'affaire DSK. M. Epstein avait alors demandé au groupe hôtelier de diffuser les enregistrements, menaçant de le faire lui-même avant de reconnaître qu'il ne les avait pas. Il avait également précisé qu'il n'avait «aucune idée» de ce que les deux hommes fêtaient en se tapant dans les mains et en dansant.

(lessentiel.lu avec afp)