Syrie

02 juin 2019 04:30; Act: 02.06.2019 09:11 Print

Damas tire sur des missiles venant d'Israël

La défense aérienne syrienne a affirmé dimanche matin avoir tiré sur des «missiles ennemis». Israël a confirmé être à l'origine des tirs.

storybild

Bachar al-Assad. (Photo: AFP)

Une faute?

La défense antiaérienne de l'armée syrienne est entrée en action dimanche contre des missiles tirés d'Israël sur des positions au sud-ouest de Damas, a rapporté Sana citant une source militaire. L'Etat hébreu a riposté à des tirs de roquettes, tuant trois soldats.

«Nos défenses aériennes les ont bloquées et ont abattu ces missiles ennemis qui visaient nos positions», souligne la source syrienne à l'agence de presse officielle Sana. L'armée israélienne a quant à elle précisé «tenir pour responsable» le régime syrien pour «chaque action entreprise contre Israël». Selon elle, les roquettes ont été tirées de la Syrie contre le mont Hermon sur le plateau du Golan occupé par l'Etat hébreu.

Après avoir visé les abords de la capitale Damas, Israël a «repris son agression en lançant plusieurs missiles contre l'est de la province de Qouneitra, faisant trois morts et blessant sept autres soldats», selon Sana.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), «des entrepôts et des positions» où sont stationnées forces syriennes, forces iraniennes et des combattants du mouvement libanais du Hezbollah, alliés de Damas, ont été pris pour cible par les frappes israéliennes, dans la région de Kesswa. Situé au sud-ouest de la capitale, ce secteur a déjà été visé à plusieurs reprises par le passé.

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Israël a mené plusieurs raids contre le pouvoir de Bachar el-Assad mais aussi ses alliés indéfectibles, l'Iran et le Hezbollah, de grands ennemis de l'Etat hébreu.

Forces iraniennes visées

Les dernières frappes imputées à Israël en Syrie remontent au 17 mai. L'Etat hébreu martèle régulièrement qu'il ne laissera pas la Syrie voisine devenir la tête de pont de Téhéran.

En janvier, Israël avait frappé des positions iraniennes en Syrie, disant agir en riposte à un tir de missile iranien venu du pays en guerre. Selon l'OSDH, 21 personnes, principalement des Iraniens, avaient été tuées dans ces frappes.

En septembre 2018, un avion militaire de la Russie, alliée de Damas, avait été abattu accidentellement par la défense antiaérienne syrienne, entrée en action pour bloquer des tirs israéliens.

Déclenché avec la répression de manifestations par le pouvoir du président Bachar el-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de puissances étrangères. Il a fait plus de 370'000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

(nxp/afp)