Massacre en Nouvelle-Zélande

15 mars 2019 17:11; Act: 15.03.2019 18:18 Print

Décryptage des symboles sur l'arsenal du tireur

Les armes de l'assaillant de Christchurch sont recouvertes d'écritures et de signes variés. Un spécialiste de l'extrême droite explique leur signification.

Sur ce sujet
Une faute?

Un extrémiste de droite a fait un carnage vendredi dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Il a tué 49 fidèles et fait des dizaines de blessés. Le tireur a aussi filmé l'attaque avec une caméra et l'a diffusée en live sur les réseaux sociaux.

L'Australien de 28 ans avait déjà publié des photos d'armes sur son compte Twitter, le 12 mars dernier. La plupart d'entre elles sont recouvertes de chiffres, de symboles et de noms. Nos confrères de «20 Minuten» ont contacté Hans Stutz, connaisseur de la scène d'extrême droite, afin de lui demander la signification des écriteaux.

Le nombre 14 et Charles Martel

Selon Hans Stutz, le nombre 14 est souvent utilisé par les racistes. Il fait référence à une phrase de 14 mots du suprémaciste blanc américain, David Lane: «We must secure the existence of our people and a future for white children.» En français: «Nous devons garantir l'existence de notre peuple et l'avenir des enfants blancs». Le néonazi David Lane a assassiné le commentateur radio juif Alan Berg en 1984. Il a été condamné à 190 ans de prison pour ce crime tout comme d'autres faits. L'Américain est mort en prison, en 2007.

«Charles Martel, en revanche, est un personnage historique», rappelle l'expert. Et d'ajouter: «C'était un chef militaire franc du début du 8e siècle.» De nos jours, il est avant tout connu pour ses victoires sur les Arabes et les Berbères au cours de la bataille de Poitiers en l'an 732.

Alexandre Bissonnette et Luca Traini

Divers noms d'assaillants, comme Alexandre Bissonette et Luca Traini, figurent sur les armes du tireur de Christchurch. En février 2018, Traini avait tiré sur six Africains à Macerata (IT). Il a été condamné en octobre dernier à 12 ans de prison. Bissonette, lui, est responsable de l'attaque du Centre Culturel Islamique de Québec. Fin janvier 2017, le tireur avait pénétré dans la mosquée et avait tué six personnes. Il a été condamné à 40 ans de prison en février dernier.

Soleil noir et croix celtique

Le Soleil noir est considéré comme le symbole le plus important dans certaines parties de la scène d'extrême droite. Il est utilisé depuis les années 90 comme signe de substitution à la croix gammée ou le symbole SS, interdits en Allemagne.

Même son de cloche pour la croix celtique, fréquemment utilisée par les extrémistes de droite. Elle est censée symboliser la suprématie de la race blanche.

Attentat de Nice

Cette image a fait le tour du monde après l'attentat de Nice, du 14 juillet 2016. Elle montre une personne décédée au sol, une poupée pour enfants posée juste à côté. L'assaillant Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait foncé dans la foule avec un poids lourd, tuant 86 personnes et faisant plus de 400 blessés.

C'est précisément cette photo que le tireur de Christchurch a choisi comme photo de couverture de son compte Twitter.

Vienna 1683 et bataille de Chipka 1877-1878

Vienna 1683 et la bataille de Chipka (1877-1878) sont des batailles historiques. Elles ont permis aux Européens de repousser l'armée ottomane. Le nom de divers personnages historiques ayant combattu l'Empire ottoman figurent par ailleurs sur les armes de l'Australien de 28 ans.

«Le Grand Remplacement»

L'écrivain français d'extrême droite Renaud Camus est à l'origine de la théorie du grand remplacement. «Ce terme est utilisé par les extrémistes de droite, les nationalistes de droite tout comme certains membres de l'UDC», explique Hans Stutz.

Le livre de Renaud Camus, «Le Grand Remplacement», a servi d'exemple au tireur de Christchurch pour son manifeste. L'idée derrière cette théorie est que le gouvernement et l'élite économique visent la substitution des peuples européens par une population non-européenne.

(mon/jcg/ofu)