Espagne

28 octobre 2018 15:51; Act: 28.10.2018 16:05 Print

Trafic d'humains dans les rues de Compostelle

Des trafiquants qui contraignaient des Roumains à faire la manche dans les rues de Saint-Jacques de Compostelle ont été arrêtés par la police espagnole.

storybild

Les victimes étaient forcées par les trafiquants à s'agenouiller ou s'habiller en mimes ou encore en statues humaines pour mendier. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La police espagnole a annoncé dimanche avoir démantelé un réseau de trafiquants d'êtres humains. Il faisait venir dans le pays des Roumains, souvent handicapés, pour les forcer à mendier dans les rues de Saint-Jacques de Compostelle déguisés en mimes ou drapés en statues humaines.

Trois personnes suspectées d'appartenir au réseau, dont le chef présumé, ont été arrêtées et dix Roumains retenus prisonniers par le gang ont été libérés, lors d'une opération policière en Galice (nord-ouest), a précisé la police dans un communiqué. Parmi les personnes ainsi libérées figuraient six femmes que le réseau obligeait en outre à se prostituer.

Le réseau recrutait ses victimes en Roumanie en leur promettant de travailler dans l'hôtellerie en Espagne. Une fois sur place, il les obligeait, à coups de menaces, à mendier dans les rues de Saint-Jacques de Compostelle, destination de pèlerinage mondialement célèbre. Ils devaient s'agenouiller ou s'habiller en mimes ou encore en statues humaines «quelles que soient les conditions climatiques».

Personnes «vulnérables»

Les membres du réseau pouvaient se montrer «particulièrement violents lorsque certains tombaient malades et ne pouvaient sortir dans les rues», selon le communiqué de la police. Les victimes étaient choisies parmi les personnes «vulnérables» en Roumanie, «de préférence avec des handicaps physiques ou mentaux qui les rendraient plus rentables pour le travail véritable de mendiant qu'ils devaient effectuer une fois arrivés dans notre pays», ajoute le communiqué. Le réseau conservait tout l'argent rassemblé par ses victimes, qu'il logeait dans des conditions insalubres dans la ville voisine de La Corogne.

Saint-Jacques de Compostelle est l'un des hauts lieux du catholicisme. L'origine de son pèlerinage, qui attire les foules, remonte au début du IXe siècle quand fut découvert en Galice le tombeau attribué à Jacques le Majeur, un des douze apôtres de Jésus Christ. La vieille ville, avec sa cathédrale romane, est un site du patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco et reçoit chaque année des millions de visiteurs.

(nxp/ats)