Russie

05 février 2019 13:14; Act: 05.02.2019 21:32 Print

Des alertes à la bombe sèment la panique

Des écoles, des centres commerciaux et des hôpitaux ont été évacués mardi à Moscou après des alertes à la bombe envoyées par mail.

storybild

Police russe en alerte après de fausses alertes à la bombe.

Une faute?

Plus de 20'000 personnes ont été évacuées mardi de bâtiments publics, de centres commerciaux et d'écoles à Moscou et dans sa région après des alertes à la bombe anonymes envoyées par courriel, ont rapporté les agences russes.

Environ 90 bâtiments dont des écoles, des établissements d'enseignement supérieur, des centres commerciaux et d'affaires, des hôpitaux et des bâtiments administratifs ont été concernés, selon les services d'urgence cités par l'agence de presse publique Ria Novosti.

Des évacuations ont également eu lieu à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays, qui avait déjà fait l'objet de fausses alertes à la bombe similaires les jours précédents. Aucun objet suspect n'a toutefois été trouvé à l'issue des fouilles ayant suivi ces évacuations.

D'après les autorités citées par les médias russes, ces alertes ont été envoyées par courrier électronique depuis l'étranger, notamment depuis l'Ukraine.

Fin 2017, la Russie avait déjà été touchée par une vague massive d'alertes à la bombe anonymes par téléphone qui avaient semé la pagaille et entraîné l'évacuation, au total, de plus de deux millions de personnes. Aucune bombe n'avait jamais été trouvée.

Si les pertes économiques sont difficiles à évacuer, plusieurs responsables des services de sécurité les ont estimées à plusieurs centaines de millions de roubles, soit plusieurs millions d'euros.

Selon les services de sécurité russes, le FSB, les auteurs de ces appels étaient des citoyens russes se trouvant à l'étranger et disposant d'un réseau de complices en Russie.

(nxp/afp)