Panama

17 janvier 2020 22:47; Act: 18.01.2020 08:38 Print

Des cadavres d'enfants dans une fosse commune

Les autorités panaméennes soupçonnent une secte d'avoir sacrifié des enfants lors de séances d'exorcisme.

storybild

«L'intervention (...) de la police nationale a permis d'éviter que 15 autres personnes soient assassinées», a déclaré jeudi le parquet. (Vendredi 17 janvier 2020) (Photo: AFP)

Une faute?

La police s'est déployée dans une localité amérindienne de l'ouest du Panama où sept cadavres, en majorité d'enfants, ont été découverts dans une fosse commune, vraisemblablement sacrifiés par une secte lors de séances d'exorcisme, ont annoncé vendredi les autorités.

«Des unités de maintien de l'ordre sont en train de partir» pour la commune de Terron, une région montagneuse difficile d'accès à environ 250 km de la capitale panaméenne, a annoncé à des médias locaux le chef de la police de la province de Veraguas (ouest), Enrique Martinez. Il s'agit d'assurer «la sécurité et la tranquillité de cette communauté pauvre où les gens sont terrorisés», a ajouté le responsable.

Plusieurs hélicoptères avec à bord des policiers et des militaires ont décollé vendredi de Santiago de Veraguas, capitale de la province. Une fosse commune avec les restes de six mineurs, âgés de un à 17 ans, et d'une femme enceinte, a été découverte mercredi lors d'une opération policière qui a conduit à la libération de quinze personnes séquestrées, dont sept enfants et deux femmes enceintes.

«L'intervention (...) de la police nationale a permis d'éviter que 15 autres personnes soient assassinées», a déclaré jeudi le parquet qui a annoncé l'arrestation de dix membres d'une secte appelée La Nueva Luz de Dios (La Nouvelle lumière de Dieu).

Des séances d'exorcisme

Issus de la communauté amérindienne, les dix suspects sont soupçonnés d'avoir torturé et sacrifié les victimes lors de séances d'exorcisme. Selon une source proche de l'enquête, un des suspects est le père de la femme enceinte et grand-père de cinq enfants découverts dans la fosse.

Domingo Gonzalez, un témoin des séances qui a réussi à s'échapper, a raconté à la chaîne locale TVN-2 comment il avait vu un homme battre son propre fils dénudé. «Ils se sont mis à le battre avec la Bible et leurs poings. Ils l'ont attrapé par le cou et lui ont dit : Débarrasse-toi du démon qui est en toi », a-t-il déclaré. Il a également expliqué qu'une femme avait reconnu que sa fille avait été tuée car «elle n'acceptait pas le Christ».

«Nous sommes face à une région dont la population est particulièrement vulnérable et où l'Etat est peu présent pour prévenir ce type de situation», a expliqué à l'AFP Claire Nevache, politologue au Centre international d'études politiques et sociales.

Selon elle, le Panama dispose d'un «cadre juridique assez permissif pour l'installation de nouveaux cultes, avec très peu de contrôles», où la limite est «le respect de la morale chrétienne» et non pas tant «le respect des droits de l'Homme».

(nxp/afp)