Répression à Bahreïn

27 mars 2011 16:26; Act: 27.03.2011 16:58 Print

Des chars suisses contre les manifestants

Des blindés de type Piranha ont participé directement ou indirectement à la répression des récentes manifestations de l'opposition à Bahreïn.

Sur ce sujet
Une faute?

Sur des photographies de l'armée saoudienne mi-mars, on peut voir des chars Piranha - fabriqués par l'entreprise Mowag à Kreuzlingen (TG) - a indiqué dimanche le service du contrôle à l'exportation de matériel de guerre du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), confirmant une information de l'hebdomadaire alémanique «Sonntag».

Dans les années 90, un peu moins de trente chars Piranha (blindés montés sur roues) ont été vendus directement à l'Arabie saoudite, a expliqué le SECO.

Malgré l'interdiction

Ryad dispose d'un millier de chars, selon les experts en armement. En 1991, selon la société de consultants en armement américaine Forecast International, les Saoudiens ont commandé à Mowag une grande quantité de Piranha de type 8x8.

La même année, le Conseil fédéral avait décrété l'interdiction de vente de matériel de guerre à ce pays (dans le contexte de la première Guerre du Golfe). La majorité des chars commandés avaient alors été montés sous licence et livrés par une société canadienne.

En raison des multiples violations des droits de l'homme en Arabie saoudite, les ventes d'armes à ce pays ont à nouveau été interdites en 2009 par les autorités suisses. Des armes et des pièces de rechange, commandées avant l'interdiction, ont toutefois été livrées depuis à Ryad.

Gros acheteur

Après l'Allemagne, l'Arabie saoudite est le plus gros acheteur de matériel de guerre à la Suisse. En 2010, Ryad en a acheté pour un montant de 132,6 millions de francs. Bahreïn en a acquis pour environ 3,2 millions de francs.

Un système de défense anti-aérienne notamment, commandé en 2006, a été exporté vers l'Arabie en 2009-2010. Mais aussi des armes à feu, de la munition et des pièces de rechange sont partis vers Ryad et Manama dans le même laps de temps.

Ainsi, rien qu'en 2009, selon le SECO, la Garde royale saoudienne a reçu des fusils d'assaut et des pistolets pour une valeur de 221'000 francs. Mais Ryad s'est aussi vu livrer des pièces de rechange pour les chars Piranha pour un montant de 285'000 francs.

Quant à Barhein, le royaume a bénéficié essentiellement d'un armement non-approprié à la répression de la population civile, selon la même source. Manama a consacré en outre près de 150'000 francs à des viseurs au laser pour des armes à feu.

La Suisse critiquée

Après les actions brutales des forces de sécurité contre des manifestants non armés, les organisations de défense de droits de l'homme telle Amnesty International (AI) ont critiqué la Suisse pour avoir livré des armes dans la région du Golfe.

AI n'a ainsi pas pu exclure, que des armes suisses aient été utilisées contre des manifestants à Bahreïn. Afin d'éclaircir les faits, le SECO doit désormais fournir des informations plus précises sur les armes qui ont été livrées, a exigé dimanche le porte-parole d'AI Daniel Graf.

Selon lui, les conventions concernant les exportations d'armement doivent également être vérifiées de manière générale, cela afin de s'assurer qu'aucune arme ne puisse être utilisée en violation des droits de l'homme.

(ats)