Crise en Libye

27 mars 2011 14:50; Act: 27.03.2011 18:49 Print

Des membres du pouvoir libyen lâchent Kadhafi

Des proches du colonel Kadhafi ont commencé à faire «défection» face à l'intervention de la coalition en Libye, ont affirmé dimanche Hillary Clinton et Robert Gates.

storybild

Hillary Clinton est à la tête de la diplomatie américaine. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Il y a de nombreux diplomates et chefs militaires en Libye qui basculent, qui changent de côté, qui font défection parce qu'ils voient comment ça va se terminer», a déclaré la secrétaire d'Etat sur la chaîne CBS.

«Ne sous-estimez pas la possibilité que des éléments du régime craquent et fassent défaut au leader libyen», a de son côté jugé le secrétaire à la Défense lors de la même émission.
«Ne sous-estimez pas la possibilité que le régime lui-même craque», a-t-elle ajouté lors de l'émission Meet the Press sur la chaîne NBC.

Gel des avoirs

L'objectif militaire poursuivi par la coalition n'est pas de renverser le colonel Kadhafi, ont soutenu les deux ministres, tout en rappelant que le président américain Barack Obama appelait le chef libyen à «partir».

«L'opération militaire n'est qu'une partie de ce que nous faisons», a expliqué Mme Clinton, évoquant le gel des avoirs de Mouammar Kadhafi et de sa famille et les contacts politiques entretenus avec les représentants de l'opposition.

Pour aboutir au départ du colonel Kadhafi, «nous avons d'autres choses que des marteaux dans notre boîte à outils», a également jugé M. Gates, sans plus de précisions.

En contact avec les rebelles

Des responsables américains ont évoqué une possible fourniture d'armes aux forces de l'opposition, ce que permet la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU, selon la secrétaire d'Etat.

Mais «il n'y a pas de décision prise à ce propos», a-t-elle précisé sur la chaîne CBS. «Nous sommes en contact avec les rebelles (...) Il y a de nombreuses façons de les aider et nous en discutons avec nos alliés et le ferons quand j'irai à Londres mardi», a ajouté Mme Clinton.

La secrétaire d'Etat doit participer mardi à Londres à la réunion du groupe de contact politique sur l'opération militaire en Libye comprenant les pays participant aux opérations, y compris les pays arabes.

(afp)