Crise en Tunisie

25 février 2011 13:34; Act: 25.02.2011 13:47 Print

Des milliers de manifestants à Tunis

Plusieurs dizaines de milliers de Tunisiens, majoritairement des étudiants, manifestaient vendredi à Tunis, devant la Kasbah, épicentre de la contestation.

storybild

Les manifestants réclament le départ du gouvernement de transition dirigé par Mohammed Ghannouchi. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un policier sur place a avancé le chiffre de «plus de 100'000 manifestants» et son estimation a été partagée par d'autres policiers tandis que des hélicoptères de l'armée survolaient cette zone. Selon des membres du Croissant-Rouge et des manifestants, il «s'agit de la plus grande manifestation depuis la chute de Ben Ali» le 14 janvier.

«Nous réclamons la démission de tout le gouvernement et celle de Ghannouchi», a déclaré un étudiant en droit, Ramzi, ajoutant que les Tunisiens «vivent dans un vide politique». Des manifestants ont déployé une pancarte d'une vingtaine de mètres où l'on pouvait lire: «Sit-in jusqu'à la dissolution du gouvernement».

La place de la Kasbah était noire de monde et de nouveaux cortèges de manifestants continuaient d'affluer. Selon un membre du Croissant-Rouge, «plus de 30 personnes se sont évanouies à cause du nombre important de manifestants» sur la place où plusieurs tentes ont été dressées. De nombreux jeunes étaient drapés dans le drapeau tunisien.

Caciques évincés

Le premier ministre a transféré ses bureaux fin janvier de la Kasbah au palais présidentiel de Carthage, dans la banlieue sud de Tunis, après une première manifestation au cours de laquelle des Tunisiens avaient campé près d'une semaine devant ses locaux.

Quatre mille Tunisiens avaient déjà manifesté dimanche devant la Kasbah, réclamant outre la démission du gouvernement transitoire, l'élection d'une assemblée constituante et la mise en place d'un système parlementaire. Cette manifestation s'est depuis transformée en sit-in, avec principalement des jeunes campant devant la Kasbah.

Mohammed Ghannouchi a été le premier ministre de Ben Ali de 1999 jusqu'à sa chute le 14 janvier sous la pression populaire. Sous la pression de la rue, M. Ghannouchi avait remanié le gouvernement de transition épuré des principaux caciques de l'ancien régime le 27 janvier.

(ats)