Bangladesh

16 février 2019 14:17; Act: 16.02.2019 19:05 Print

Des trafiquants de drogue se rendent à la police

En échange de peines allégées, une centaine de vendeurs de substances illégales se sont dénoncés auprès des forces de l'ordre.

storybild

Des hommes venus volontairement admettre leur trafic sont encerclés par la police. (Photo: AFP)

Une faute?

Une centaine de trafiquants de méthamphétamine se sont rendus à la police du Bangladesh au cours d'une cérémonie organisée à Teknaf, ville proche de la Birmanie, ont annoncé samedi les forces de l'ordre. Ils espèrent ainsi obtenir une peine allégée.

Le Bangladesh a lancé l'année dernière une campagne controversée de lutte contre la drogue, face à la prolifération dans ce pays pauvre d'Asie du Sud peuplé de 165 millions d'habitants de substances illégales, principalement de pilules de méthamphétamine connues sous leur nom thaïlandais, «yaba» («la drogue qui rend fou»).

Selon la police, 24 «parrains», ainsi que des lieutenants et des dealers, se sont rendus à Teknaf, principale porte d'entrée pour le trafic de yaba en provenance de la Birmanie, où les cachets sont produits par millions. Les trafiquants ont aussi remis 350'000 de ces pilules rouges à l'odeur de vanille et 30 armes à feu.

Le chef de la police, Mohammad Javed Patwary, a indiqué que les autorités plaideraient pour des peines de prison allégées pour ceux qui se rendent et les aideraient à se réinsérer.

Mais devant plusieurs milliers d'habitants réunis pour assister à cet événement, il a promis «des jours à venir difficiles» pour «ceux qui se cachent». «Ne vous faites pas d'illusion. Vous ne serez pas épargnés», a-t-il dit.

Le district de Cox's Bazar, dans lequel est située Teknaf, accueille près d'un million de réfugiés Rohingya. Beaucoup de ces réfugiés sont utilisés comme «mules» pour transporter la drogue.

(nxp/ats)