Afghanistan

06 décembre 2011 08:43; Act: 07.12.2011 21:00 Print

Deux attaques distinctes tuent 59 chiites

Au moins 59 personnes ont été tuées mardi dans deux attentats en Afghanistan. Le plus meurtrier, perpétré par un kamikaze, a tué notamment des enfants à Kaboul dans une procession chiite de l'Achoura.

storybild

Les policiers ont déployé un périmètre de sécurité autour des lieux du drame. (Photo: Reuters)

Une faute?

Auteurs revendiqués de la plupart des attentats suicide en Afghanistan depuis dix ans, les insurgés talibans, sunnites radicaux qui considèrent les chiites comme des hérétiques et les empêchaient de facto de célébrer leurs fêtes quand ils étaient au pouvoir de 1996 à 2001, ont «condamné» les deux attentats les qualifiant de «contraire à l'islam».

L'attentat de Kaboul a été commis par un kamikaze et a fait 55 morts et 134 blessés, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Siddiq Siddiqi, qui a mis en cause les talibans.


Vélo piégé

Quasi-simultanément, quatre personnes ont été tuées et quatre blessées quand un vélo piégé a explosé à Mazar-i-Sharif (nord), au passage de fidèles chiites se rendant au principal sanctuaire de cette ville, où les chiites sont minoritaires mais fortement représentés, ont indiqué les autorités provinciales.

Les victimes sont toutes chiites, selon le porte-parole des autorités de la province de Balkh, Munir Ahmad Farhad, qui a néanmoins estimé qu'il n'était pas sûr que les chiites étaient spécifiquement visés.

Le vaste mausolée recouvert de faïence bleue, symbole de la ville et près duquel l'attentat a eu lieu, rassemble aussi bien les chiites que les sunnites. Il est réputé avoir été élevé sur la tombe d'Ali, considéré par les chiites comme le premier imam et le successeur de Mahomet.


Le plus meurtrier depuis juillet 2008

L'attentat de Kaboul est le plus meurtrier en Afghanistan depuis celui contre l'ambassade d'Inde à Kaboul en juillet 2008 qui avait fait plus de 60 morts. «Un kamikaze a déclenché ses explosifs devant le sanctuaire Abu-ul Fazil», a dit la police dans un communiqué, sans donner de bilan ou d'autres détails.

Au moment de l'explosion, plusieurs centaines de fidèles, dont des femmes et des enfants, se pressaient dans la rue devant le sanctuaire pour assister à une procession, au cours de laquelle les pèlerins se flagellent le dos avec des chaînes terminées par de longues lames acérées.

Cet attentat est le premier de cette ampleur visant explicitement la minorité chiite en Afghanistan, où les violences interconfessionnelles sont rares, alors que les attentats antichiites sont fréquents au Pakistan voisin. «Mort aux talibans, mort à Al-Qaïda», scandaient les fidèles chiites sur les lieux.

L'Achoura, dont les dix jours de célébrations culminaient mardi, commémore le martyre de l'imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet et troisième imam du chiisme, tué en 680 par les troupes du calife omeyyade Yazid à Kerbala (actuel Irak).


Une première, selon M. Karzaï

L'Afghanistan totalise 20 % de chiites, en grande partie issus de la minorité ethnique Hazara, victime de nombreuses exactions sous le régime des talibans.

Dans le sud du pays, trois civils ont été blessés par l'explosion d'une bombe sur une motocyclette à Kandahar, mais l'engin n'était pas placé à proximité d'une mosquée ni d'un sanctuaire et l'explosion ne semble pas liée à celle de Kaboul. «Elle ne visait pas les chiites», a affirmé le chef adjoint provincial de la police, Rahmatullah Atrafi.

«C'est la première fois en Afghanistan qu'un terrorisme de cette nature se manifeste en un jour aussi important pour les fidèles», a déclaré le président afghan Hamid Karzaï à des journalistes à Berlin aux côtés de la chancelière Angela Merkel.

M. Karzaï a adressé ses voeux de bon et rapide rétablissement aux blessés et ses condoléances aux familles des victimes. Mme Merkel a estimé que ces événements montrent «que l'on doit encore travailler dur afin de pouvoir garantir la sécurité en Afghanistan».

(ats)