Yémen

11 juin 2019 07:34; Act: 11.06.2019 07:57 Print

Deux drones rebelles interceptés par Ryad

Les rebelles yéménites ont intensifié ces dernières semaines les attaques contre le royaume saoudien qui intervient militairement depuis 2015 dans le pays.

storybild

Le conflit au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils. (Photo: Keystone)

Une faute?

La défense anti-aérienne saoudienne a intercepté deux drones tirés par les rebelles Houthis depuis le Yémen voisin, ont annoncé mardi des médias d'Etat.

Les rebelles yéménites, soutenus par l'Iran, ont intensifié ces dernières semaines les attaques de ce genre contre le royaume saoudien qui intervient militairement depuis 2015 au Yémen à la tête d'une coalition progouvernementale.

La base aérienne du roi Khaled visée

Lundi, les drones ont pris pour cible la ville de Khamis Mushait, dans le sud-ouest de l'Arabie saoudite, mais n'ont pas fait de victimes ni de dégâts, a déclaré la coalition dans un bref communiqué publié mardi matin par l'agence officielle saoudienne SPA. Les rebelles avaient déclaré plus tôt, via leur chaîne de télévision Al-Massirah, qu'ils avaient visé la base aérienne du roi Khaled, près de Khamis Mushait.

Dans la nuit, l'agence SPA avait indiqué que la coalition avait intensifié ses raids aériens contre des positions rebelles dans la province de Hajjah (nord-ouest du Yémen). Le mois dernier, les Houthis ont revendiqué une série de tirs de drones vers l'Arabie saoudite, dont une attaque ayant endommagé le 14 mai deux stations de pompage d'un oléoduc.

Deux jours plus tôt, quatre pétroliers, dont deux saoudiens, avaient été endommagés par des «actes de sabotage» attribués à l'Iran par l'Arabie saoudite.

Des dizaines de milliers de personnes tuées

La guerre au Yémen oppose principalement des forces progouvernementales, soutenues par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, à des rebelles Houthis qui contrôlent de vastes territoires dans le nord et l'ouest ainsi que la capitale Sanaa.

Le conflit au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires. Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d'assistance, selon l'ONU.

(nxp/afp)