Kosovo

13 juin 2011 22:06; Act: 13.06.2011 22:28 Print

Deux inculpés de trafic d'organes

La mission européenne au Kosovo (Eulex) a annoncé lundi l'inculpation d'un chirurgien turc et d'un Israélien pour un trafic d'organes, il y a trois ans à Pristina, capitale kosovare.

storybild

L'Israélien Moshe Harel serait au cœur du trafic; il se chargeait de trouver des donneurs dans des pays pauvres. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les deux hommes devront notamment répondre de trafic d'êtres humains, d'activités médicales illégales et d'appartenance à une organisation criminelle. «Les mandats d'arrêt ont été lancés par le tribunal de Pristina et les deux suspects font l'objet d'un avis de recherche international diffusé par Interpol», a précisé Blerim Krasniqi, porte-parole de l'Eulex.

Selon la police kosovare, l'Israélien s'adressait à des malades ayant besoin d'un rein et se chargeait de trouver dans des pays pauvres des donneurs à qui il promettait de fortes sommes d'argent.

L'enquête avait débuté il y a trois ans, quand un ressortissant turc avait été arrêté à l'aéroport de Pristina après avoir donné un rein dans une clinique de la ville. Selon l'accusation, les donneurs venus de Moldavie, de Russie, du Kazakhstan et de Turquie se voyaient promettre environ 15'000 euros. Les receveurs payaient entre 80'000 et 100'000 euros la transplantation.

Une trentaine de transplantations illégales

Les faits se seraient produits dans le courant de l'année 2008 à la clinique Medicus, dans la banlieue de Pristina, où une trentaine de transplantations illégales auraient ainsi été effectuées.

En janvier dernier, l'Eulex a ouvert une enquête préliminaire sur des accusations de crimes portées contre le premier ministre kosovar Hashim Thaçi. Cette enquête faisait suite à un rapport de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, rédigé par le conseiller aux Etats tessinois Dick Marty (PLR), accusant M. Thaçi d'être à la tête d'un réseau criminel qui aurait prélevé des organes sur des prisonniers serbes et kosovars.

(ats)