Afrique centrale

30 novembre 2019 16:43; Act: 01.12.2019 06:56 Print

Deux personnes lynchées par la foule en RDC

Un homme et une femme ont été tués par plusieurs dizaines de personnes dans le centre de Beni, dans l'est du pays.

storybild

Les habitants de Beni manifestent depuis une semaine leur colère face aux massacres attribués aux Forces démocratiques alliées. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux personnes ont été lynchées à mort, samedi à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo. La foule les accusait d'être des membres d'un groupe armé responsable du massacre de centaines de civils.

Un homme et une femme ont été tués par plusieurs dizaines de personnes alors qu'ils voulaient prendre un taxi dans le centre de Beni, a constaté un journaliste de l'AFP présent sur place. L'armée congolaise, arrivée sur place, s'est mise à tirer quelques minutes plus tard pour éviter un autre lynchage, selon la même source.

«Ils n'avaient pas de cartes d'identité et en fouillant dans leurs bagages, nous avons trouvé des munitions, des tenues militaires et des chargeurs», a déclaré un témoin, Fabrice Muhindo, qui se présente comme chef du parking où a eu lieu le lynchage. «Ce sont des ADF qui tentaient de se rendre à une opération contre la population. Nous les avons neutralisés».

«Nous venons de récupérer deux corps, un homme et une femme. Nous tentons de les identifier, et de savoir comment et qui les a tués», a déclaré le chef de la police de Beni, le colonel Jean-Felix Kazingufu.

Base des Nations unies saccagée

Les habitants de Beni manifestent depuis une semaine leur colère face aux massacres attribués aux ADF (Forces démocratiques alliées). Ils accusent d'inaction les autorités et les Nations unies présentes dans la région.

Lundi, des habitants ont saccagé une base civile des Nations unies à Beni. Le secrétaire général-adjoint des Nations unies, Jean-Pierre Lacroix, a fait une brève visite à Beni samedi.

Un militaire congolais avait déjà été lynché par des civils, qui l'ont confondu avec un membre du groupe ADF, vendredi à Oicha, à 30 km au nord de Beni.

(nxp/afp)