France

04 décembre 2019 19:03; Act: 04.12.2019 19:49 Print

Deux pesticides tueurs d'abeilles interdits

Il ne sera plus possible d'acheter du Transform et du Closer. Un tribunal administratif de Nice estime que ces produits sont dangereux pour les abeilles

storybild

Les deux pesticides visés servent à traiter les cultures de grands champs et les fruits et légumes contre les pucerons. (Photo: Dmitry Grigoriev/Unsplash)

Sur ce sujet
Une faute?

La vente de deux pesticides du fabricant américain Dow AgroSciences, accusés de présenter un risque pour les abeilles, a été interdite par un tribunal administratif de Nice. L'instance avait été saisie en 2017 par des défenseurs de l'environnement.

«Le tribunal a estimé que le sulfoxaflor, qui entre dans la composition de ces pesticides et a pour effet d'agir sur le système nerveux central des insectes, était susceptible, en l'état des connaissances scientifiques, de présenter un risque de toxicité important pour les insectes pollinisateurs», selon un communiqué diffusé mercredi du tribunal.

Ce dernier a fait valoir le principe de précaution pour justifier l'annulation de l'autorisation de mise sur le marché du Transform et du Closer accordée par l'agence nationale de sécurité sanitaire en septembre 2017. Selon Dow AgroSciences, ces deux produits sont déjà autorisés dans de nombreux pays.

«Néonicotinoïde de nouvelle génération»

Leur autorisation de mise sur le marché en France avait été immédiatement contestée par deux associations écologistes, Agir pour l'environnement et Générations Futures, et par l'Union nationale de l'apiculture française.

Les deux pesticides visés servent à traiter les cultures de grands champs et les fruits et légumes contre les pucerons grâce à une substance active, le sulfoxaflor, présenté par les associations comme «un néonicotinoïde de nouvelle génération» sur la base de diverses études scientifiques. Les pesticides de la famille des néonicotinoïdes sont en passe d'être interdits.

Le fabricant Dow avait contesté en 2017 tout amalgame entre les néonicotinoïdes et le sulfoxaflor, présenté au contraire comme «plus respectueux de la biodiversité».

(nxp/ats)