Maroc

22 février 2011 07:18; Act: 22.02.2011 07:40 Print

Discours de fermeté du roi Mohammed VI

Le roi du Maroc s'est exprimé lundi après des manifestations lors desquelles le peuple est descendu dans la rue.

storybild

Le roi du Maroc s'est exprimé lundi. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le roi Mohamed VI a déclaré lundi qu'il ne cèderait pas à «la démagogie et à l'improvisation». Il s'exprimait au lendemain de manifestations qui ont rassemblé des milliers de Marocains demandant que le souverain rétrocède une partie de ses prérogatives à un nouveau gouvernement élu.

Le monarque a ajouté que l'édification d'une véritable démocratie devrait aller de pair avec un développement humain durable. Mohammed VI venait de présider une cérémonie d'installation d'une centaines de nouveaux membres du Conseil économique et social.

«En installant le Conseil économique et social, nous donnons une forte impulsion à la dynamique réformatrice que nous avons enclenchée (...). Ce faisant, nous avons constamment veillé à ce que la construction d'une démocratie effective aille de pair et en concomitance avec le développement humain durable», a-t-il dit selon l'agence de presse officielle Map.

Lundi, le ministère de l'Intérieur a fait état de manifestations, la veille, dans 53 villes et agglomérations du pays réunissant en tout 37'000 personnes. Les organisateurs ont évoqué quant à eux 300'000 participants dans tout le royaume.

Modèle marocain

Le Maroc est officiellement une monarchie constitutionnelle avec un Parlement élu, mais le roi, par ailleurs Commandeur des croyants, détient le pouvoir constitutionnel de dissoudre l'assemblée et d'imposer un état d'urgence. Il exerce aussi un forte influence sur la désignation des membres de l'exécutif, y compris la nomination du Premier ministre.

Dans son discours, le monarque a redit son attachement à des réformes «structurantes», mais dans le cadre du «modèle marocain». «Notre volonté est inébranlable d'aller de l'avant dans la concrétisation du modèle marocain, dont nous réaffirmons le caractère irréversible.

Sit-in évacué à Rabat

Lundi soir, un groupe d'une cinquantaine de personnes, dont des jeunes, s'étaient rassemblés dans le centre de la capitale marocaine Rabat pour organiser un sit-in. Mais la police est intervenue pour disperser les manifestants sans ménagements, ont constaté des journalistes de l'AFP. L'un d'eux a indiqué avoir été frappé à la tête.

Mme Khadija Ryadi, présidente de l'Association marocaine des droits humains (AMDH), bousculée au cours de l'incident, a été évacuée par les services de la protection civile.

(ats)