Sommet de l'Otan

04 décembre 2019 10:39; Act: 04.12.2019 10:41 Print

Donald Trump a dû avoir les oreilles qui sifflaient

Lors de la réception donnée à Buckingham Palace mardi soir, Emmanuel Macron, Justin Trudeau et Boris Johnson semblent s'être moqués du président américain.

Sur ce sujet
Une faute?

Les 29 membres de l'Otan tentent mercredi d'afficher leur unité lors du sommet du 70e anniversaire de l'Alliance. Il s'agit également de masquer les divergences exposées au grand jour entre les Etats-Unis, la France et la Turquie. Mais l'ambiance est tendue par de multiples différends. Et des échanges surpris par des caméras mardi soir à Buckingham Palace ne devraient rien arranger. Les images montrent une discussion informelle entre Emmanuel Macron, Boris Johnson, Justin Trudeau, Mark Rutte et la princesse Anne. Le groupe semble se moquer de Donald Trump.

Johnson demande à Macron: «Est-ce que c'est pour ça que vous êtes en retard?». Trudeau répond avant le dirigeant français: «Il est en retard parce qu'il a eu une conférence de presse de 40 minutes inattendue». Le Premier ministre canadien ajoute en souriant: «Oh oui, oui, oui, il a annoncé (...) on pouvait voir son équipe qui tombait des nues.» Macron l'interrompt alors et parle de manière animée à ses interlocuteurs. Ses propos sont inaudibles.

Ambiance tendue entre Macron et Trump

On ignore de qui parlaient les dirigeants, mais la presse britannique, dont le «Guardian», pense qu'il s'agit bel et bien du président américain. Celui-ci est en effet connu pour ses interminables conférences de presse. Macron avait rencontré Trump dans l'après-midi et l'avait attaqué durement sur ses propos sur l'Otan et sa volonté de taxer les compagnies technologiques américaines.

Les deux dirigeants avaient longuement répondu aux questions des journalistes et le président français avait notamment dit «maintenir» ses propos sur l'Otan en «mort cérébrale», jugés «insultants» par Trump. Comme lors du dernier sommet de l'Otan, le milliardaire a fait fi du protocole et utilisé ses apparitions publiques avec des dirigeants alliés pour des questions des médias internationaux. Les échanges surpris par les caméras ne devraient pas améliorer l'ambiance lors du sommet de mercredi dans un golf de la banlieue de Londres, déjà assombri par plusieurs différends notamment l'intervention de la Turquie en Syrie.

(joc/afp)