Nucléaire

13 octobre 2017 17:59; Act: 14.10.2017 01:01 Print

Donald Trump choisit la confrontation avec l'Iran

Le président américain a annoncé vendredi que son pays ne se retireraient pas de l'accord international sur le nucléaire iranien. Ce qui ne veut pas dire que Téhéran respecte ses engagements, selon lui.

Sur ce sujet
Une faute?

Provoquant une inquiétude quasi générale, le président américain a affirmé vendredi qu'il pouvait mettre fin «à tout moment» à l'accord sur le nucléaire iranien. Téhéran a réagi en promettant de continuer à respecter le traité, tout en annonçant de nouveaux efforts dans le domaine balistique.

«Nous n'allons pas poursuivre sur une voie dont l'issue prévisible est plus de violence, plus de terrorisme et le risque très réel d'un Iran nucléarisé», a-t-il promis, laissant entendre que les ingénieurs iraniens coopéraient avec la Corée du Nord, ce qui n'a pas été démontré.

Soixante jours pour décider

La décision de Donald Trump ne revient pas à dénoncer l'accord de Vienne, mais laisse 60 jours au Congrès pour décider s'il y a lieu de rétablir les sanctions levées dans le cadre de sa mise en oeuvre, ce qui violerait les termes de l'accord (PGAC) et scellerait probablement son arrêt de mort.

«Dans l'éventualité où nous ne serions pas capables de trouver une solution en travaillant avec le Congrès et nos alliés, alors l'accord prendrait fin. Il est sous examen permanent et notre participation peut être annulée par moi, en tant que président, à tout moment», a déclaré Donald Trump à la Maison Blanche.

Par ailleurs, Donald Trump a annoncé de nouvelles sanctions «dures» contre les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne. Vendredi, le Trésor américain a désigné le corps d'élite en tant que «soutien de plusieurs groupes terroristes», comme l'était déjà, depuis 2007, la Force Qods, la branche des Gardiens de la révolution chargée des opérations extérieures.

Nouveaux efforts en balistique

Réagissant à ses propos, le président iranien a promis que Téhéran continuerait à respecter le PGAC tant qu'il répondrait aux intérêts nationaux, mais a également annoncé de nouveaux efforts dans le domaine balistique, en dépit des pressions américaines.

«La nation iranienne n'a jamais cédé à une pression étrangère et ne le fera jamais (...) L'Iran et l'accord sont plus forts que jamais (...) Le corps des gardiens de la Révolution va continuer le combat contre le terrorisme régional», a-t-il affirmé, lors d'une allocution télévisée. Selon Hassan Rohani, son homologue américain «n'a pas lu le droit international».

L'Iran fait l'objet du «régime de vérification nucléaire le plus solide» et respecte l'accord sur son programme, a réaffirmé de son côté le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Mises en garde

La décision de Donald Trump le met en porte-à-faux avec les autres pays signataires. France, Grand-Bretagne, Allemagne, Chine et Russie ont tous réaffirmé leur attachement au respect de l'accord, exprimant leur préoccupation et mettant les Etats-Unis en garde contre les risques du rétablissement des sanctions.

Dans un communiqué commun, le président français, la chancelière allemande et la Première ministre britannique disent toutefois partager les inquiétudes de Washington au sujet sur le programme balistique de la République islamique et se déclarent prêts à prendre «de nouvelles mesures» pour y répondre.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian se rendra à Téhéran «dans les prochaine semaines», ajoute la présidence française.

«Immense danger»

Quant à la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN), Nobel de la paix 2017, elle a estimé que la décision du président américain favoriserait la prolifération et l'usage d'armes nucléaires.

C'«est un rappel brutal de l'immense danger nucléaire auquel le monde est confronté actuellement et le besoin urgent de tous les Etats d'interdire et éliminer ces armes», souligne l'ONG.

Netanyahu réjoui

A Jérusalem, le Premier ministre israélien s'est en revanche dit réjoui que Donald Trump ait décidé d'«affronter le régime terroriste iranien avec audace». Son discours «offre une chance de corriger ce mauvais accord, de faire face à l'agression iranienne et de combattre son soutien criminel au terrorisme», affirme Benjamin Netanyahu, dans une vidéo diffusée sur Facebook.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Coco60 le 13.10.2017 20:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pire que Bush.

    lamentable tout ceci.

  • Juste Leblanc le 13.10.2017 21:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La girouette en chef ..

    Je dénonce laccord comme le pire, mais ne veut pas le quitter .. si ça ce nest pas un message diplomatique incompréhensible Plus ça avance, plus ce type est inconsistant, il se mets systématiquement les pieds dans le tapis et se contredit à chaque changement de direction du vent .. Pour un homme fort qui devait se recentrer sur lAmerica First .. cest exactement linverse ..

  • Nelson Serathiuk le 13.10.2017 19:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nucléaire iranien : Trump ne va pas quitter laccor

    Trump est une girouette ou un mystificateur ? Non ? Sortie de lAfghanistan ! Renforce la présence militaire et des attentats Talibãs au Baluchistan Pakistanais font jour ! Contrer la présence chinoise ? Et bientôt au Baluchistan Iranien ? Quitte lUNESCO et reste. Dénonce laccord nucléaire et reste ! + Corée du Nord, + Cuba, + Venezuela, + ...

Les derniers commentaires

  • Myk's le 14.10.2017 13:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop

    Je ne comprend pas, comment personne ne stop ce mec ! Au lieu de soccuper du reste il ferai mieux de soccuper de la précarité dans son pays ! Mais comme certains lecteurs lont écris la guerre est un voile à ces propres problèmes !

  • Marie-Jo le 14.10.2017 12:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Du souci à se faire.

    Trump ou pas, de toute manière nous sommes face à nouvelle guerre mondiale,c'est partout que les tensions montent,il ne faut pas se voiler la face, Quand.. ?? Mais ça va craquer.

  • Bee Good le 14.10.2017 11:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    triste réalité

    quand l'économie va mal, le moyen a toujours été la guerre pour calmer le peuple.

  • net et clair le 14.10.2017 10:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hypocrisie

    et en ce moment c est Poutine qui se frotte les mains !

  • Dany 1968 le 14.10.2017 10:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trump, Clinton même came

    Trump est décevant car lors des eléctions l'argument le plus important à mon humble avis était qu'il ne voulait plus que les USA se mêlent des affaires d'autres nations... Et justement l'Iran avait été cité car Hilary Clinton avait clairement menacé l'Iran de représailles "par toutes les options envisageables" si ceux-ci ne respectaient pas le programme nucléaire défini. Trump est simplement en train de tomber dans les travers de ces prédecesseurs en voulant jouer le gendarme, le juge, et l'executeur de la condamnation vis-à-vis des autres Pays de la Planète.