Etats-Unis

12 septembre 2019 22:47; Act: 13.09.2019 06:20 Print

Donald Trump l’inflexible met de l’eau dans son vin

Après avoir limogé son conseiller en sécurité, le président a surpris en montrant des signes d’ouverture avec les dirigeants étrangers.

storybild

Le président et John Bolton (à dr.) avaient des divergences dopinion. (Photo: Keystone/Carlos Barria)

Sur ce sujet
Une faute?

À la surprise générale, Donald Trump indiquait mardi dans un tweet avoir viré John Bolton, son influent mais controversé conseiller à la sécurité nationale. Ce dernier, connu pour ses positions très dures à l’égard de l’Iran, de la Russie ou encore de la Corée du Nord, aurait eu des désaccords avec son président sur de nombreux dossiers. Plus étonnant encore, le locataire de la Maison-Blanche a multiplié depuis les signes d’ouverture vers l’étranger.

Pour preuve, il annonçait mercredi soir une pause dans l’escalade de la guerre commerciale avec Pékin. «En signe de bonne volonté», il a ainsi déclaré qu’il reportait au 15 octobre, plutôt qu’au 1er, la hausse des tarifs douaniers sur des biens importés de Chine. Jeudi matin, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a en outre souligné que le président était même disposé à retirer cette hausse à l’issue des négociations commerciales qui se dérouleront au début octobre à Washington.


Plus de discussions, moins de sanctions

Autre retournement de situation: afin d’ouvrir la voie à une rencontre avec son homologue iranien, Hassan Rohani, le milliardaire n’a pas exclu un éventuel allègement des sanctions visant Téhéran. Le départ spectaculaire de John Bolton pourrait à cet égard contribuer à favoriser une rencontre jugée longtemps impensable.

Enfin, Kim Jong-un et Donald Trump, qui ont entamé un dialogue inédit depuis leur rencontre historique en juin 2018 à Singapour, pourraient bien s’entretenir à nouveau fin septembre. Une fin d’année diplomatique chargée se profile donc à l’horizon du président américain, réputé inflexible dans les négociations.

(ats/afp/jmu)