OMS

17 juillet 2019 20:25; Act: 18.07.2019 00:58 Print

Ebola déclaré «urgence» sanitaire mondiale

Selon l'OMS, l'épidémie d'Ebola qui sévit en RDC est désormais une «urgence» sanitaire mondiale, une mesure exceptionnelle.

storybild

Près de 1700 personnes sont mortes en RDC depuis l'été dernier.

Sur ce sujet
Une faute?

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a élevé mercredi l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'«urgence» sanitaire mondiale, trois jours après l'apparition d'un premier cas à Goma, grande ville de l'est de la République démocratique du Congo, frontalière du Rwanda.

Cette décision a suscité une réaction très mitigée du ministre congolais de la santé, le dr Oly Ilunga, très critique envers le possible rôle des ONG en coulisse pour «lever des fonds». Le ministre «espère que cette décision n'est pas le résultat des nombreuses pressions de différents groupes (...) qui voulaient utiliser cette déclaration comme une opportunité pour lever des fonds pour les acteurs humanitaires», a-t-il écrit dans un communiqué.

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé à la communauté internationale de «redoubler d'efforts» : «Nous avons besoin de travailler ensemble avec la RDC pour en finir avec cette épidémie et construire un meilleur système de santé». Les experts de l'OMS réunis à Genève ont exprimé leur «déception au sujet des retards dans le financement» de l'aide. Ces déclarations interviennent alors que l'épidémie a déjà tué 1668 personnes dans les zones reculées et conflictuelles du Nord-Kivu en près d'un an depuis le 1er août dernier.

C'est la quatrième fois que l'OMS active sa procédure d'urgence sanitaire internationale depuis 2009 - dont une fois en 2014 pour la grande épidémie d'Ebola qui a tué 11'000 personnes en Afrique de l'Ouest.

Cette procédure signifie que la situation est «grave, soudaine, inhabituelle ou inattendue», avec des conséquences sanitaires «au-delà des frontières nationales de l'État touché», ce qui «peut exiger une action internationale immédiate», selon les critères du Règlement sanitaire international.

Electrochoc

Le cas diagnostiqué à Goma dimanche après-midi a provoqué un nouvel électrochoc chez les «acteurs» de la riposte anti-Ebola, confrontés depuis un an à de nombreux défis (résistance d'une partie de la population, violences armées). Peuplée d'un à deux millions d'habitants, posée à la frontière avec le Rwanda et voisine de l'Ouganda, Goma est un carrefour dans cette région en crise depuis 25 ans. La ville dispose de liaisons aériennes avec l'Ouganda, l'Ethiopie et Kinshasa.

Le patient de Goma est décédé depuis mais se pose désormais la question du nombre de contacts qu'il a pu avoir à partir du moment où il a développé les premiers symptômes. La plupart ont été vaccinés, assurent les autorités sanitaires. «Le risque de dissémination d'Ebola dans la région reste élevé, mais il reste faible en dehors», a ajouté le Dr Tedros.

L'OMS a pris le soin de préciser qu'elle ne souhaitait pas fermer les frontières et les routes dans cette région où les échanges et le commerce sont vitaux: «Il est essentiel d'éviter les conséquences économiques punitives avec des restrictions sur les voyages et le commerces pour les communautés affectées».

L'urgence sanitaire avait été envisagée en juin quand l'épidémie avait débordé sur l'Ouganda voisin, avec le décès de deux patients. Mercredi soir, les autorités ougandaises recherchaient des personnes qui ont été en contact avec un nouveau cas confirmé d'Ebola originaire de la RDC.

«Décédé depuis lundi dernier dans un centre spécialisé à Beni, ce malade avait manifesté des symptômes d'Ebola depuis son séjour à Kasese, district de l'Ouganda frontalier avec la RDC», précise un communiqué des autorités ougandaises et de l'OMS. Le virus se transmet à l'être humain par contact soit avec des animaux infectés (en général en les dépeçant, en les cuisant ou en les mangeant), soit avec des fluides biologiques de personnes infectées.

L'enjeu des frontières

Le ministre congolais de la Santé, le dr Oly Ilunga, a froidement déclaré qu'il «accepte» la décision des experts de l'OMS. «Nous espérons qu'il y aura une plus grande transparence et redevabilité des acteurs humanitaires par rapport à leur utilisation des fonds pour répondre à cette épidémie d'Ebola», insiste-t-il.

«Nous devons changer de méthode» dans la riposte anti-Ebola, a réagi de son côté Médecins sans frontière (MSF) après l'annonce de l'OMS. «Dans un contexte où la recherche des contacts n'est pas totalement efficace et où toutes les personnes affectées ne sont pas atteintes, une approche de plus grande envergure est indispensable pour la prévention de l'épidémie», ajoute MSF.

MSF avait annoncé le retrait de ses équipes début mars de Beni et Butembo, les principaux foyers de l'épidémie, après des attaques armées contre des Centres de traitement d'Ebola (CTE). Le Comité d'urgence de l'OMS a aussi reconnu qu'il y avait une pénurie de vaccins. Il a recommandé à l'OMS de demander un effort aux Etats et aux laboratoires.

C'est la grande différence avec les précédentes épidémies: 163.533 personnes ont été vaccinées, selon le ministère de la Santé, qui précise que «le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck».

L'épidémie actuelle est la dixième depuis 1976 en RDC et la deuxième plus grave dans l'histoire d'Ebola, après l'épidémie qui a frappé l'Afrique de l'Ouest en 2014-2016.

(nxp/afp)