Brésil

16 octobre 2015 10:32; Act: 16.10.2015 10:37 Print

Eduardo Cunha aurait des comptes en Suisse

La Cour suprême du Brésil a donné son feu vert à l'ouverture d'une enquête sur le président du parlement et sa famille.

storybild

Eduardo Cunha est dans le viseur de la justice brésilienne. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président du Congrès des députés et ses proches sont soupçonnés d'avoir alimenté des comptes en Suisse avec de l'argent du scandale de corruption de Petrobras.

Le juge Teori Zavascki a donné son accord tard jeudi à l'ouverture d'une enquête demandée par le ministère public contre ce haut responsable controversé qui a le pouvoir de lancer une procédure de destitution contre la présidente Dilma Rousseff, a annoncé l'agence officielle Agencia Brasil. L'épouse du président de la chambre et sa fille, Danielle Cunha, sont également citées dans la procédure.

Selon l'agence brésilienne, un procureur suisse a transmis au Brésil la semaine dernière les résultats de son enquête sur M. Cunha au sujet d'un possible blanchiment d'argent provenant de faits de corruption, après avoir bloqué ses avoirs dans ce pays.

L'argent sur ses comptes en Suisse - d'un montant qui n'a pas été précisé - provient de pots-de-vin pour l'obtention d'un contrat de la compagnie pétrolière brésilienne Petrobras dans une concession pétrolière en Afrique, ajoute Agencia Brasil. Toute enquête contre M. Cunha doit être autorisée par le Tribunal suprême, en raison de ses fonctions.

Ennemi juré de Dilma Rousseff

Membre du Parti démocratique brésilien (PMDB, centre droit), le principal parti allié parlementaire du gouvernement, M. Cunha est devenu l'adversaire juré de la présidente, surtout depuis que la justice l'a accusé cet été d'avoir reçu cinq millions de dollars de pots-de-vin dans le cadre du scandale de corruption Petrobras.

Le président du Congrès des députés du Brésil avait annoncé mercredi qu'il allait faire appel de décisions du Tribunal suprême qui ont freiné l'offensive de l'opposition en faveur de la destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff.

(nxp/ats)