Inde

24 décembre 2008 09:21; Act: 24.12.2008 09:23 Print

Elections sous haute surveillance au Cachemire

Des milliers de soldats ont été déployés mercredi à Srinagar, capitale du Cachemire indien, à l'occasion du dernier tour des élections provinciales.

Une faute?

Policiers et militaires armés de fusils d'assaut filtraient les files d'attente devant les bureaux de vote.

Les bureaux étaient systématiquement inspectés par des chiens renifleurs à la recherche de bombes.

Mardi, à l'occasion d'une série d'opérations menées ces derniers jours, la police indienne a annoncé avoir arrêté trois activistes accusés d'avoir préparé un attentat suicide.

Les séparatistes cachemiris, dont beaucoup sont en prison, ont appelé à boycotter le vote, qu'ils considèrent comme une reconnaissance de la souveraineté indienne sur la région.

La forte participation enregistrée lors des premières phases des élections a toutefois constitué un encouragement pour les autorités.

«Le gouvernement va nous donner la sécurité et une meilleure administration. La question de la liberté (du Cachemire) est un problème distinct», a estimé Imtiyaz Ahmad, un hôtelier âgé de 30 ans avant de déposer son bulletin dans l'urne.

La violence a sensiblement diminué au Cachemire indien depuis l'ouverture en 2004 de pourparlers de paix entre l'Inde et le Pakistan. Mais New Delhi a imposé une «pause» dans ces contacts après les attaques de Bombay le mois dernier par des commandos venus, selon l'Inde, du Pakistan, et qui ont fait au moins 179 morts.

(ats)