Costa Rica

28 juillet 2019 08:11; Act: 28.07.2019 14:02 Print

Elle maltraite un chiot mais est acquittée au tribunal

L'ex-propriétaire d'un chien maltraité a été acquittée par la justice. Son procès était une première en Amérique latine.

storybild

Campeon, aujourd'hui âgé de plus de 2 ans, a assisté à ce premier procès organisé en Amérique latine pour maltraitances animales. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-maîtresse de «Campeon», un chien maltraité alors qu'il était âgé de six mois, a été acquittée vendredi par le tribunal d'Atenas, au Costa Rica, a-t-on appris de source judiciaire. L'accusation n'a pas pu prouver qu'elle était l'auteure des mauvais traitements.

L'animal, aujourd'hui âgé de deux ans et deux mois, a assisté vendredi à ce premier procès organisé en Amérique latine pour des maltraitances infligées à un animal, dans une petite salle d'audience pleine à craquer. Comme lors du premier jour d'audience, lundi, le petit chien a été sage comme une image, ont rapporté les médias locaux.

Sans nier la réalité des mauvais traitements subis en novembre 2017 par le canidé, le juge a constaté qu'il lui était impossible de les imputer formellement à l'accusée. En effet, le frère de celle-ci, qui avait alerté la fondation d'Atenas d'aide aux animaux abandonnés, a refusé de comparaître devant le tribunal pour y livrer son témoignage, qui aurait sans doute été déterminant, selon l'accusation.

Maltraité et mal nourri

Le chiot, secouru par l'association de défense des animaux, était attaché avec une ficelle qui s'enfonçait profondément dans la chair de son cou. Souffrant de malnutrition, il était également efflanqué et couvert de puces, selon le vétérinaire qui l'a soigné pendant une vingtaine de jours après le sauvetage.

La présidente de la fondation avait porté plainte en janvier 2018 en invoquant une loi récemment promulguée au Costa Rica. Celle-ci prévoit des peines allant de six mois à trois ans de prison pour de mauvais traitements ayant provoqué la mort d'un animal, six mois à deux ans pour des actes de cruauté et 20 à 50 jours-amende pour les mauvais traitements moins graves.

Hébergé avec une quinzaine d'autres chiens, Campeon semble aujourd'hui tout à fait remis. Seule séquelle apparente : il ne supporte pas les colliers et doit désormais être tenu en laisse à l'aide d'un harnais, a expliqué la présidente de la fondation.

(nxp/ats)