People

18 janvier 2019 22:03; Act: 19.01.2019 09:12 Print

Elle veut sauver la planète, mais voyage en jet privé

Gunhild Stordalen a récemment lancé un régime «bon» pour le futur de la Terre. Or, elle a été mise au pilori en raison de son empreinte carbone liée à ses nombreux voyages.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Faites ce que je dis, pas ce que je fais»: l'adage est bien connu et pourrait parfaitement s'appliquer à Gunhild Stordalen. Cet ancien mannequin norvégien, âgée de 40 ans, végétarienne et aussi médecin, a créé la fondation EAT qui a récemment présenté un rapport réalisé par une trentaine de scientifiques sur un nouveau régime dont l'objectif ambitieux veut sauver la planète en divisant par deux la consommation de viande rouge et de sucre, tout ça pour garantir à la population un régime alimentaire sain, nutritif et respectant l'environnement..

Si l'intention de Gunhild Stordalen est parfaitement louable et tout à fait souhaitable pour le futur de l'humanité, un «hic» a été dévoilé par plusieurs médias, dont le Mirror, qui pointent du doigt le train de vie de la starlette norvégienne.

«Hypocrisie»

Gunhild Stordalen est en effet mariée depuis 2010 à Petter Anker Stordalen, un milliardaire norvégien, homme d'affaires et magnat de l'hôtellerie. Le couple possède notamment un jet privé d'une valeur de 25 millions de francs qui les mène partout à travers le globe. Et à en croire le compte Instagram de l'ancien mannequin, le duo en a bien profité au cours des derniers mois: Cuba, Costa Rica, New York, Grèce, Saint-Tropez et même la station bernoise de Gstaad, font partie de leurs dernières destinations.

La pollution des transports aériens est un facteur majeur du réchauffement climatique, de quoi donner du grain à moudre aux critiques qui affirment que Gunhild Stordalen fait exactement ce contre quoi elle se bat.

«L'hypocrisie de ce phénomène est à couper le souffle», dit même Christopher Snowdon, responsable de la chaire d'économie du mode de vie à l'Institue of Economic Affairs. Et d'ajouter: «C'est une campagne qui dit aux gens qu'ils devraient manger un demi-bacon par jour pour préserver l'environnement, tandis qu'elle voyage à travers le monde en jet, créant ainsi une énorme empreinte carbone. Les écologistes militants ne peuvent résister à l'opportunité de dire aux gens comment vivre. C'est dommage qu'ils ne s'en tiennent pas aux mêmes normes.»

«Nous avons tous un rôle à jouer»

Gunhild Stordalen, qui est également engagée auprès des Nations-Unies pour débattre des questions écologiques, a présenté son plan alimentaire aux quatre coins du monde.

Hier, pour le lancement officiel, dans sa ville natale d'Oslo, elle a déclaré que l'adoption de ce «régime» est une «question d'ordre moral» et que «nous avons tous un rôle à jouer. Que nous ayons un pouvoir, des connaissances, de l'argent, une voix, un morceau de terre ou un morceau de pain.»

Gunhild Stordalen n'a pas encore commenté les accusations d'hypocrisie dont elle fait l'objet.

(jfe)