Alimentation

08 avril 2014 12:04; Act: 08.04.2014 12:09 Print

Embargo russe sur le porc: l'UE saisit l'OMC

L'UE a décidé de porter devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) son conflit avec la Russie concernant ses exportations de porc vers ce pays.

Une faute?

«Nous demandons l'ouverture de consultations», soit la première étape de la procédure de règlement des différends prévue par l'OMC, a indiqué un porte-parole de l'Union européenne à Genève.

Ces consultations durent en principe 60 jours. Si à l'issue de ce délai aucun accord n'est intervenu entre les parties au litige, on passe à l'étape suivante, soit la demande d'un panel, un tribunal d'arbitrage, chargé de trancher.

La Russie a décrété en janvier dernier un embargo sur le porc européen après la découverte de cas de fièvre porcine africaine en Lituanie. Selon l'UE, cette mesure a entraîné un manque à gagner de 4 millions d'euros (4,9 millions de francs) par jour pour l'industrie du porc en Europe.

«L'embargo total décrété par la Russie contre le porc européen est clairement disproportionné et va à l'encontre des règles de l'OMC», a déclaré le commissaire européen chargé du commerce international, Karel De Gucht, cité par le communiqué de l'UE.

Son collègue européen chargé de la santé, Tonio Borg, a relevé pour sa part que la Russie ne voulait pas de la proposition de l'UE qui prévoit une interdiction du porc européen seulement dans les régions infectées.

Rares cas dans l'UE

La Russie affirme réagir à la découverte de cas de fièvre porcine en Lituanie et en Pologne, «mais cette maladie est endémique en Russie et pas chez nous et si de rares cas ont été signalés dans des zones limitrophes, c'est parce que cette maladie est en Russie», selon l'UE.

Depuis janvier, seuls quatre cas ont été signalés sur le territoire de l'UE, n'impliquant que des sangliers, dans des zones limitrophes du Belarus.

L'UE a entre-temps décidé de débloquer 7 millions d'euros, moitié en soutien aux mesures vétérinaires de prévention, moitié en compensation pour les éleveurs, pour venir en aide aux pays les plus frappés par l'embargo russe, soit la Pologne et les trois pays baltes.

La Russie absorbe un quart des exportations européennes de produits porcins, principalement des Pays-Bas, d'Allemagne et du Danemark, pour une valeur totale annuelle de 1,4 milliard d'euros.

(ats)