Affaire Benalla

22 juillet 2018 22:38; Act: 23.07.2018 08:43 Print

Emmanuel Macron évoque des faits «inacceptables»

Le président français sort de son silence. Selon son entourage, il affirme que son ex-collaborateur Alexandre Benalla ne bénéficiera d'aucune immunité.

storybild

Alexandre Benalla a été inculpé. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Emmanuel Macron a jugé dimanche inacceptable le comportement d'Alexandre Benalla, son ex-collaborateur mis en examen pour des violences en marge des manifestations du 1er-Mai à Paris. Une source proche du président français a en outre assuré qu'il «n'y a pas eu et il n'y aura pas d'impunité».

Le président de la République a fait le point dimanche en début de soirée avec le Premier ministre Edouard Philippe, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux et le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner, par ailleurs délégué général de La République en Marche.

Il a estimé qu'il y avait eu une série de dysfonctionnements à l'Elysée depuis le 1er mai et précisé qu'il avait demandé à Alexis Kohler, secrétaire général de la présidence, de travailler à une réorganisation des services de l'Elysée et du cabinet pour que ça ne puisse pas se reproduire, a ajouté la source. Selon un participant à cette réunion, M. Macron «condamne à la fois le comportement des fauteurs et les dysfonctionnements qui ont permis à Alexandre Benalla de faire cela». En outre, «il fait confiance aux procédures en cours mais veut connaître toutes les causes de ces dysfonctionnements», a ajouté cette source.

Emmanuel Macron «parlera quand il le jugera utile, il estime qu'il y a une forme de décence à ne pas prendre la parole au moment où sont lancées des enquêtes», a-t-on indiqué.

Alexandre Benalla, filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai, vient d'être mis en examen pour «violences en réunion» et «immixtion dans l'exercice d'une fonction publique» notamment.

(nxp/afp)