Royaume-Uni

11 juillet 2018 13:11; Act: 11.07.2018 13:31 Print

Empoisonné, il n'est plus dans un état critique

L'état du Britannique Charlie Rowley, exposé à l'agent innervant Novitchok, n'est plus dans critique mais désormais «grave mais stable» selon l'hôpital qui le soigne.

storybild

La petite ville voisine de Amesbury, à quelques kilomètres de Salisbury, a été le théâtre de l'empoisonnement de ce Britannique et de sa compagne décédée depuis. (7 juillet 2018) (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

En soins intensifs depuis le 30 juin, le Britannique Charlie Rowley, exposé à l'agent innervant Novitchok, «n'est plus dans un état critique», a annoncé mercredi l'hôpital de Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre). «Il n'est plus dans un état critique. Son état est désormais grave mais stable», a déclaré une responsable de l'établissement, Lorna Wilkinson, dans un communiqué.

La principale hypothèse de la police est que le poison incriminé est lié à l'attaque essuyée avec le même puissant agent neurotoxique début mars par l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia à Salisbury.

Enquête en cours

La police cherchait toujours à découvrir mardi «quand et où» le couple d'anciens sans-abri a été exposé à «une forte dose» de Novitchok, possiblement après avoir manipulé un objet contaminé. Elle passait au peigne fin plusieurs endroits qu'il a fréquentés, à Salisbury et dans la ville voisine d'Amesbury, où Charlie Rowley avait un appartement.

Sa compagne Dawn Sturgess, 44 ans, n'a pas eu cette chance. Elle est morte des suites de l'exposition à l'agent Novitchok, le 8 juillet dernier.

(nxp/afp)