Arrestation de Mladic

06 juin 2011 17:33; Act: 06.06.2011 18:18 Print

En faveur d'une adhésion de la Serbie à l'UE

Le président chypriote a estimé lundi que l'arrestation du chef militaire des Serbes de Bosnie a levé les obstacles empêchant l'adhésion de la Serbie à l'Union européenne.

storybild

Le Premier ministre serbe Mirko Cvetkovic (à g.) en visite officielle, avec le président de Chypre Demetris Christofias. (Photo: AFP)

Une faute?

«L'arrestation par les autorités serbes de Ratlko Mladic et son transfèrement à La Haye pour que justice soit rendue va, nous l'espérons, contribuer grandement à la réconciliation dans les Balkans», a déclaré Demetris Christofias.

«Nous espérons également qu'aucune autre excuse ne sera invoquée pour retarder la décision d'ouvrir les discussions sur l'accession de la Serbie à l'Union européenne», a ajouté le président chypre, après avoir rencontré le Premier ministre serbe Mirko Cvetkovic, qui entamait une visite de trois jours dans l'île méditerranéenne.

Pays à majorité orthodoxe, Chypre et la Serbie sont de proches alliés et Belgrade compte beaucoup sur le soutien de Nicosie pour l'aider à intégrer le bloc des 27.

Le président chypriote a fait part de son espoir que des discussions en vue de l'adhésion serbe puissent débuter en juillet 2012, lorsque Nicosie héritera de la présidence tournante de l'UE.

Plan d'action pour aller de l'avant

«Nous avons mis sur pied un plan d'action dynamique pour aller de l'avant. Nous ferons tout pour atteindre notre objectif», a assuré M. Cvetkovic.

Membre de l'UE depuis 2004, Chypre est l'un des cinq membres des 27 à ne pas avoir reconnu l'indépendance du Kosovo, les Chypriotes Grecs craignant que la reconnaissance du Kosovo ne fasse jurisprudence.

L'île est divisée depuis 1974, suite à l'invasion du tiers nord du pays par l'armée turque, après un coup d'Etat fomenté par des nationalistes chypriotes-grecs visant à rattacher le pays à la Grèce.

Les chefs d'Etat de l'UE devraient se prononcer en décembre, sur proposition de la Commission européenne, sur l'obtention pour la Serbie du statut de candidat à l'UE et sur une ouverture des négociations d'adhésion.

Ratko Mladic a été arrêté le 26 mai en Serbie, après avoir échappé pendant seize ans à la justice internationale.

Les Européens insistaient sur une telle arrestation, estimant qu'une coopération entière de Belgrade avec le Tribunal de la Haye était une condition essentielle à la progression de la Serbie vers l'Union.

(afp)