Vatican

27 février 2019 20:36; Act: 27.02.2019 20:36 Print

Enfants de prêtres : l'Eglise dispose d'un mode d'emploi

Lorsqu'un membre du clergé catholique devient père, il existe depuis une dizaine d'années toute une procédure détaillée et contenue dans un guide pratique.

storybild

L'Eglise souhaite que l'enfant puisse grandir avec son père. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les prêtres qui ont conçu un enfant sont invités dans la grande majorité des cas à quitter la prêtrise pour s'en occuper, en bénéficiant d'un processus administratif accéléré, a annoncé mercredi un haut responsable du Saint-Siège.

Dans un entretien à l'Osservatore Romano (journal officiel du Vatican), le cardinal Beniamino Stella, préfet de la Congrégation pour le clergé, reconnait que le thème «est resté longtemps tabou». Mais il précise qu'un guide pratique interne est venu formaliser en 2017 une marche à suivre déjà pratiquée depuis une dizaine d'années.

Normalement, un prêtre doit avoir plus de 40 ans pour être autorisé à quitter l'état clérical. Mais cette règle ne s'applique pas à ceux ayant une progéniture, l'Eglise souhaitant que l'enfant puisse grandir avec son père.

«On cherche à faire tout ce qui est possible pour que la dispense des obligations de l'état clérical soit obtenue dans le délai le plus bref possible, quelques mois, afin que le prêtre puisse se rendre disponible auprès de la mère pour s'occuper de l'enfant», a commenté le cardinal Stella.

Selon lui, 80% des demandes de dispenses sont liées à des enfants déjà nés. Cette précision survient après la venue la semaine dernière à Rome du psychothérapeute Vincent Doyle, fils d'un prêtre catholique irlandais et fondateur d'une association de défense des droits des enfants de prêtres dans le monde («Coping International»).

Souplesse

Dans un entretien au New York Times, il avait évoqué un document secret du Vatican donnant la marche à suivre en cas de naissance d'enfants de prêtres.

Le cardinal Stella a admis que certains prêtres devenus pères ne demandaient pas pour autant à quitter leur poste ou à renoncer à la prêtrise, parfois soutenus par leur hiérarchie qui accepte de les changer de paroisse.

Selon le cardinal, si un prêtre devenu père ne demande pas de dispense alors que son évêque ou son supérieur souhaite son départ, le cas sera tranché en privilégiant les responsabilités parentales.

Le préfet pour la congrégation du clergé a toutefois pointé quelques cas particuliers où l'Eglise n'exercera pas de pression : si l'enfant est né au sein d'une famille constituée où un autre homme assume le rôle de père ou si les enfants sont déjà adultes.

(nxp/afp)