Etats-Unis

23 février 2019 02:45; Act: 23.02.2019 02:47 Print

Enfin des papiers pour le bébé d'un couple gay

N'étant pas le fils biologique de son père américain, le bébé d'un couple homo s'était vu refuser la nationalité américaine.

storybild

Un juge a décidé jeudi qu'en tant qu'enfant né chez un parent américain marié, Ethan avait droit à la nationalité, au même titre que son frère. (Photo: AFP)

Une faute?

Un petit garçon né chez un couple gay israélo-américain aurait dû avoir la nationalité américaine dès sa naissance, comme cela a été le cas pour son jumeau, a déclaré un juge fédéral de Californie. La citoyenneté américaine n'avait pas été accordée à Ethan Dvash-Banks, âgé de 2 ans aujourd'hui, au motif qu'il n'était pas le fils biologique de son père américain.

Les jumeaux, Ethan et Aiden, sont nés au Canada en 2016 à quatre minutes d'intervalle. La mère porteuse portait deux embryons: l'un du père israélien, Elad, l'autre du père américain, Andrew. Mais seul Aiden a eu la nationalité américaine quand la famille a déménagé aux Etats-Unis quelques mois après la naissance des jumeaux.

Un juge a décidé jeudi qu'en tant qu'enfant né chez un parent américain marié, Ethan avait droit à la nationalité, au même titre que son frère.

«C'est une immense victoire pour Ethan Dvash-Banks et sa famille», s'est réjoui vendredi Aaron C. Morris, directeur exécutif d'Immigration Equality, un groupe de défense des droits qui a travaillé sur l'affaire. «Ethan ne sera plus considéré comme le jumeau sans-papiers de son frère Aiden», a-t-il ajouté.

«Un signal fort»

Le département d'Etat avait argué, en déniant la nationalité au nourrisson, qu'il ne faisait que suivre la règle selon laquelle un enfant né à l'étranger devait être lié biologiquement à un parent américain pour devenir citoyen américain.

«Bien que cette décision n'invalide pas explicitement la règle du département d'Etat, c'est un signal fort sur le fait qu'il devrait le faire», a dit Aaron C. Morris. «Nous continuerons à nous battre jusqu'à ce que tous les couples de même sexe voient leurs relations reconnues à part entière».

Les parents ont de leur côté fait part de leur soulagement. «Pendant deux ans, cela a pesé sur nous tous les jours», a dit Andrew Dvash-Banks. «Ne pas savoir si Ethan allait être autorisé à rester aux Etats-Unis» était une angoisse «tous les soirs».

(nxp/afp)