Affaire Tapie

22 juin 2011 12:48; Act: 22.06.2011 13:02 Print

Enquête sur deux proches de Christine Lagarde

Deux proches de Christine Lagarde sont sur la sellette dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Tapie.

storybild

Christine Lagarde est favorite pour succéder à Dominique Strauss-Kahn. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La pression judiciaire s'accentue sur Christine Lagarde, favorite pour la direction générale du FMI. Une enquête préliminaire pour «abus de pouvoirs sociaux» a été ouverte contre deux personnes placées sous l'autorité de la ministre dans le cadre de l'affaire Tapie.

«La Brigade financière va être saisie de cette procédure, ouverte la semaine dernière», a déclaré mercredi une source judiciaire, confirmant une information du site internet du «Monde». L'enquête a été ouverte pour le rôle joué par ces deux personnes dans l'arbitrage qui a rapporté 285 millions d'euros en 2008 à l'homme d'affaires.

Mme Lagarde est mise en cause dans l'arbitrage privé qui a attribué en 2008 à l'homme d'affaires Bernard Tapie la somme de 285 millions d'euros pour solder le contentieux l'opposant aux liquidateurs du Crédit Lyonnais s'agissant de la revente de l'équipementier sportif Adidas (1993).

La nouvelle enquête vise le président de la structure publique chargée de liquider le passif du Crédit lyonnais et le président de l'établissement public supervisant le CDR. Ces deux personnes ont mis en oeuvre, sur ordre de Mme Lagarde qui l'a toujours assumé, le choix d'un arbitrage privé à la place de la voie judiciaire.

Bernard Tapie, qui dit avoir été floué par le Crédit lyonnais, alors banque publique, avait perdu en 2006 devant la Cour de cassation, la plus haute juridiction française. C'est à ce stade que la justice a été dessaisie en 2007 par le ministère de l'Economie au profit d'un panel de trois arbitres privés - qui ont finalement donné raison à M. Tapie.

Verdict le 8 juillet pour Lagarde

L'ouverture de cette nouvelle enquête intervient alors que la Cour de justice de la République (CJR) doit rendre le 8 juillet sa décision sur l'éventuelle ouverture d'une autre enquête pour «abus d'autorité» sur les mêmes faits contre Christine Lagarde. La CJR est la seule juridiction compétente pour traiter du cas des ministres en exercice.

La ministre de l'économie, qui assume sa décision, est actuellement favorite pour succéder à Dominique Strauss-Kahn à la direction du Fonds monétaire international (FMI), à la fin du mois. Elle se dit confiante et ne voit pas l'affaire comme un obstacle à sa candidature.

(ats)