Besançon (F)

04 janvier 2017 15:07; Act: 04.01.2017 15:15 Print

Enquête sur la disparition d'une étudiante japonaise

La justice française enquête sur l'inquiétante disparition le mois passé d'une jeune Japonaise venue étudier le français à Besançon (est). Un mandat d'arrêt contre son ancien petit ami chilien a été lancé. L'homme est en fuite.

Une faute?

«Calme», «très gentille», «toujours souriante» selon ses camarades d'études, Narumi Kurosaki, 21 ans, résidait en France depuis fin août 2016 et logeait dans une résidence sur le campus de l'université de Besançon. La jeune japonaise, qui avait un bon niveau de français, a été vue vivante pour la dernière fois dans la soirée du 4 décembre.

«Des éléments de l'enquête nous font dire qu'il est extrêmement vraisemblable que cette jeune femme est morte», a affirmé mardi la procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot, lors d'une conférence de presse suivie par de nombreux journalistes nippons. «Les éléments de l'enquête sont suffisamment importants pour saisir le juge d'instruction du chef d'assassinat», a-t-elle affirmé.

Narumi était «une jeune fille pleine de vie, heureuse dans sa relation avec son petit ami actuel et en lien régulier avec sa famille au Japon», a-t-elle fait valoir en expliquant que «les hypothèses d'une disparition volontaire ou d'un suicide ont très rapidement été exclues par les enquêteurs».

Soupçon sur son ex-ami

«Plusieurs étudiants logeant au même étage (dans la résidence) ont entendu un grand cri au cours de la nuit du 4 au 5 décembre. A partir de ce moment, aucune trace de Narumi n'a été trouvée», a-t-elle précisé. Des traces rougeâtres ont été constatées sur le perron. Des prélèvements sont en cours d'analyse pour dire s'il s'agit de sang et s'il y a un lien avec la jeune fille, a-t-elle dit.

Les enquêteurs de la police judiciaire soupçonnent son ancien petit ami chilien, «qui était en France et présent à Besançon au moment de la disparition», d'être l'auteur de ce crime sans cadavre. L'enquête porte sur la «personnalité envahissante et inquiétante de l'ancien petit ami chilien qu'elle a connu au Japon» et dont elle était séparée, a souligné la magistrate.

Un mandat d'arrêt international a été délivré à l'encontre de ce professeur-assistant qui s'est enfui dans son pays, selon une source proche de l'enquête.

(ats)