Environnement

09 janvier 2016 14:53; Act: 09.01.2016 18:18 Print

Entre 7000 et 20'000 manifestants défilent

La région nantaise a été le théâtre d'une manifestation contre la construction d'un aéroport.

storybild

Des manifestants protestaient contre un projet d'aéroport, samedi. (Photo: AFP)

Une faute?

Des milliers de personnes ont manifesté samedi avec plusieurs centaines de tracteurs sur le boulevard périphérique de Nantes en France. Elles protestaient contre toute expulsion d'agriculteurs du site du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

Quelque 7200 marcheurs, 1600 cyclistes et 400 tracteurs, selon la police, 20'000 manifestants et 400 tracteurs selon les organisateurs, ont défilé samedi sur le périphérique de Nantes pour s'y opposer. Les organisateurs ont dit avoir voulu «préserver de toute tentation» les opposants les plus radicaux au projet. Lors des deux précédentes, dans le centre-ville de Nantes, des casseurs avaient commis d'importantes dégradations.

Les agriculteurs hostiles au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont refusé samedi de dégager le périphérique de Nantes, exigeant au préalable que le président de la République François Hollande annule les procédures d'expulsion. Alors que les organisateurs avaient prévu d'appeler à partir de 15h30 à la dispersion de la manifestation, plusieurs organisations paysannes ont annoncé au mégaphone qu'elles poursuivraient une occupation illimitée du grand pont de Cheviré, qui traverse la Loire, tant que M. Hollande ne renoncerait pas à l'expulsion des habitants du site prévu pour le futur aéroport nantais.

La mobilisation est en tout cas la plus forte depuis la manifestation du 22 février 2014, lorsqu'au moins 20'000 personnes s'étaient rassemblées dans le centre-ville de Nantes. Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale du groupe Vinci concessionnaire du projet d'aéroport, entend réclamer mercredi au Tribunal de grande instance de Nantes l'expulsion de paysans installés sur cette «zone d'aménagement différé» (ZAD).

Accord caduc

Cette audience devait se tenir entre les deux tours des élections régionales de décembre. Mais elle a été ajournée après la conclusion d'un accord entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts (EELV) sur la réalisation d'une «étude indépendante» sur l'optimisation de l'actuel aéroport de Nantes.

La défaite du vice-président PS sortant Christophe Clergeau, battu par Bruno Retailleau (Les Républicains), a rendu caduc cet accord. Les opposants au projet réclament aujourd'hui au chef de l'Etat, François Hollande, une table ronde et la réalisation de cette même «étude indépendante».

La demande d'expulsion des paysans fait suite au rejet, en juillet 2015, des recours environnementaux des opposants au projet d'aéroport. Ceux-ci estiment toutefois qu'une expulsion serait contraire aux engagements du gouvernement, qui a subordonné selon eux en 2014 la construction de l'aéroport à l'extinction des recours en justice, y compris ceux en appel et les pourvois en cassation.

(nxp/ats/afp)