Révélations de Michael Cohen

28 février 2019 13:26; Act: 28.02.2019 13:26 Print

Et maintenant, Trump risque-t-il une destitution?

Après le témoignage accablant de l'ex-avocat du président américain, la question d'un «impeachment» refait surface.

Sur ce sujet
Une faute?

L'audience tant attendue de Michael Cohen devant la commission de la Chambre des représentants s'est déroulée mercredi, et les révélations fracassantes n'ont pas manqué. L'ex-avocat (ndlr: il a déclaré avoir été radié du barreau) a dressé un portrait extrêmement noir de son ancien client, le traitant de «raciste», d'«escroc» et de «menteur». Le témoignage livré par Cohen peut-il véritablement menacer le président des États-Unis? La liste des éléments qui pourraient nuire à Donald Trump est longue, mais ne semble pas suffisamment solide pour justifier une procédure de destitution.

Lors de son audition, Cohen a déclaré qu'il «soupçonnait» le dirigeant d'ingérence avec la Russie lors de la campagne présidentielle de 2016. Cependant, il a admis ne pas être en mesure de fournir des preuves étayant ses allégations. Les accusations compromettantes se sont succédé à un rythme soutenu, des relations extraconjugales de Donald Trump à ses propos «racistes», en passant par ses informations sur Wikileaks, ses «mensonges» et ses fraudes bancaires. Devant la commission, Cohen a également évoqué «d'autres actes répréhensibles ou illégaux impliquant le président américain».

Beaucoup d'impressions, peu de preuves

Interrogé par BFM TV, Corentin Sellin estime que le témoignage de Michael Cohen a manqué d'éléments concrets. «Il se base principalement sur des appréciations personnelles et très peu sur des éléments factuels», explique cet auteur et professeur d'histoire. Correspondant pour la chaîne à Washington, Jean-Bernard Cadier va dans le même sens: «Ce qui est important, c'est de savoir si Cohen a été témoin et a des preuves d'un crime commis par Donald Trump, et ça, on n’y est pas tout à fait», analyse-t-il.



Des preuves, l'ex-avocat en a apporté une, mercredi: il a présenté la copie d'un chèque signé par Donald Trump, qui remboursait à Michael Cohen la somme payée à Stormy Daniels et Karen McDougal contre leur silence. C'est tout. D'une manière générale, l'ancien homme de loi s'est montré hésitant, tendu et épuisé. «Il est évidemment fragilisé par le fait qu'il ait déjà menti devant le Congrès et qu'il a été condamné pour un blanchiment d'argent qui n'a rien à voir avec Trump», poursuit Corentin Sellin.


Les démocrates, désormais majoritaires à la Chambre, ont promis de lancer de nombreuses enquêtes parlementaires visant le président républicain. Avec, pour certains au moins, la perspective d'une procédure de destitution. «Quel que soit l'impact du témoignage de Cohen, l'audience prépare le terrain pour le prochain rapport de l'avocat spécial Robert Mueller. Et l'ancien directeur du FBI, qui a dirigé l'enquête sur l'ingérence russe dans les élections de 2016, n'a pas les problèmes de crédibilité de Cohen», écrit «USA Today».

Reste que le lancement d'une procédure de destitution reste très lointain, tant que le Sénat sera contrôlé par les républicains.


(joc)