Afghanistan

04 janvier 2016 16:09; Act: 04.01.2016 17:07 Print

Explosion près de l'aéroport de Kaboul

Un attentat à la voiture piégée a été commis près de l'aéroport de la capitale afghane, quelques heures après un premier attentat-suicide qui n'a pas fait de blessé.

storybild

Une attaque-suicide avait eu lieu fin décembre à l'aéroport de Kaboul. (Photo: AFP/Archives/photo d'illustration)

Une faute?

Pour l'heure, les talibans, qui recourent fréquemment à des attentats-suicide, n'ont pas revendiqué cette nouvelle attaque qui aurait visé un complexe où sont basés des sous-traitants étrangers, à proximité de l'aéroport international de Kaboul.

«Il s'agit d'un attentat à la voiture piégée», a indiqué Najib Danish, un porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur, sans préciser si cette attaque avait fait des victimes.

Mais l'ONG italienne Emergency, qui dispose d'un hôpital à Kaboul, a indiqué sur Twitter recevoir des victimes.

Le premier attentat de la journée, commis sur la route menant à l'aéroport, n'a fait aucune victime hormis le kamikaze et n'a pas été revendiqué.

Les attentats se sont multipliés ces derniers jours à Kaboul. Vendredi, un attentat suicide des talibans contre un restaurant de cuisine française fréquenté par des étrangers a tué deux personnes, un garde et un enfant, et en a blessé 15 autres.

Hausse des violences

Et dans la journée de lundi, les forces de sécurité affrontaient toujours des hommes armées retranchés dans un bâtiment adjacent au consulat indien de Mazar-i-Sharif, au nord de l'Afghanistan. Les insurgés ont tenté de prendre ce consulat d'assaut, en vain, dimanche soir.

Cette hausse des violences intervient à moins d'une semaine d'une réunion quadripartite entre la Chine, les Etats-Unis, l'Afghanistan et le Pakistan qui doit avoir lieu à Islamabad pour dresser une feuille de route destinée à raviver les négociations de paix avec les talibans, au point mort depuis l'été dernier.

Le Pakistan joue un rôle central dans ce processus de paix. Le président afghan Ashraf Ghani a à plusieurs reprises accusé le pays voisin d'entretenir la rébellion talibane.

D'après des analystes interrogés par l'AFP, les talibans accentuent leur insurrection pour arriver en position de force au moment de renouer le dialogue avec le gouvernement afghan, qu'ils accusent d'être «à la solde de l'étranger».

(nxp/afp)