Féminicides en France

07 septembre 2019 14:25; Act: 07.09.2019 15:01 Print

Des phrases choc pour «interpeller les passants»

Depuis une semaine, des femmes collent des affiches sur les murs de Paris pour dénoncer les violences faites à leurs consoeurs.

storybild

Des militantes se mobilisent à Paris pour défendre le droit des femmes. (Photo: AFP)

Une faute?

«Elle le quitte, il la tue», «Salomé, 100e féminicide en 2019»... Depuis une semaine, de grandes lettres noires sur fond blanc ont recouvert les murs des rues de Paris pour dénoncer les féminicides et rendre hommage aux victimes.

Vendredi soir, comme Marguerite et Sophia, elles sont plus d'une trentaine à arpenter la capitale pour «aller coller». Sénat, Assemblée nationale, Matignon et la Défense, les cibles sont «symboliques».

Le seau de colle dans une main, les paquets de feuilles dans une autre, Sophia Hocini, 26 ans et militante féministe depuis plusieurs années, emmène un groupe de six filles dans le VIe arrondissement, quasiment toutes sont novices dans les actions de rues. Alors avant le départ, les jeunes femmes sont «briefées».

Entre conseils techniques et juridiques, en cas de contrôles policiers ou d'interpellations, la trentaine de filles venues pour la soirée, écoutent attentivement les consignes, assises en cercle. Autour d'elles, les collages jonchent le sol et les murs pour sécher.

Faire bouger les choses

Depuis une semaine, la méthode est la même chaque soir: en moins de trois minutes, certaines collent une phrase «choc» - «Féminicides à qui la faute?», «Plus écoutées mortes que vivantes»- quand d'autres guettent la venue de policiers.

«Il faut interpeller les passants car c'est en faisant bouger la société que l'on fera avancer les choses et que le gouvernement accordera plus d'argent à cette cause», assure Sophia Hocini, candidate aux élections européennes sur la liste PCF.

«Tout me dépasse un peu»

Basées au dernier étage du Jardin Denfert, un squat d'artistes dans le XIVe arrondissement, dans un immense local sous les toits, les militantes s'attèlent la journée, dans une ambiance «studieuse mais pas forcément lourde», à peindre les affiches et préparer le matériel. La nuit tombée, elles partent en petits groupes coller dans Paris.

«C'est fou, je suis contactée par plein de filles, même super jeunes, tout me dépasse un peu... Je ne réalise pas vraiment mais je suis heureuse que cette cause intéresse enfin», explique Marguerite Stern, cheveux blonds et bleus, des taches de peinture noire partout sur les jambes.

Cette ex-Femen, âgée de 28 ans, a lancé seule cette initiative «la semaine dernière», aujourd'hui elle essaye tant bien que mal de «garder le côté informel» de ses actions «type Femen».

«Vous pouvez être fières de vous»

«C'est hyper fort et symbolique: on se retrouve entre filles pour faire un truc illégal et investir un espace, la rue, où on est pas forcément bien traitée», raconte Camille Lextray, 23 ans, «militante féministe du quotidien mais jamais engagée».

Margot Bremond, elle, est venue de Belgique: «J'ai entendu parler des collages sur les réseaux sociaux, je suis venue pour faire un petit stage pour ensuite importer ces actions à Bruxelles», détaille-elle, déterminée. Ailleurs en France, des collages ont aussi commencé à fleurir, comme à Bordeaux ou à Lyon.

Vers 23h, la soirée se termine autour d'une fontaine pour se laver les mains pleines de colle. La mine réjouie, les jeunes femmes ont le sentiment du devoir accompli: «Vous pouvez être fières de vous les filles», leur lance alors Sophia. Elles reviendront le lendemain.

Un «Grenelle contre les violences conjugales»

En 2018, le ministère de l'Intérieur a recensé 121 féminicides en France. En 2019, 100 victimes sont pour l'instant recensées, selon un décompte des associations.

Mardi, le gouvernement a annoncé à l'ouverture du «Grenelle contre les violences conjugales» des premières mesures pour endiguer ce fléau, suscitant des réactions mitigées chez les associations, comme la possibilité de déposer plainte à l'hôpital ou des «procureurs référents spécialisés».

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jeff le 07.09.2019 15:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Y a pas d'argent magique

    une "ministre" a dit : "qu'il n'y avait pas d'argent magique". La France n'a pas d'argent pour lutter contre la violence faite aux femmes ça en dit long sur les priorités en France.

  • Bill le 07.09.2019 15:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Super, mais attention.

    C'est bien de le faire savoir et de mettre en lumière les crimes de ces salauds, dont la seule façon de montrer leur niveau intellectuel est de tuer une femme... Attention de ne pas trop en faire et d'énerver le monde à la façon du mouvement Me Too.

  • Inégalités le 07.09.2019 16:58 Report dénoncer ce commentaire

    Inégalités

    Les féministes oublient aussi de dire que pour les mêmes crimes que les hommes elles prennent des peines bien inférieures à eux et ça ça s'appelle de l'injustice et de l'inégalité de sexe Statistiques officielles

Les derniers commentaires

  • Trump le 07.09.2019 23:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les

    moustiques font bien plus de femenicides chaque année des dizaines de milliers de morts faut faire quelque chose ... non

    • solange le 07.09.2019 23:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Trump

      très intelligent...bravo! pauvre homme!!

    • Trump le 07.09.2019 23:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @solange

      parce que vous vous trouvez intelligent de vouloir arrêter les femenicides 100 par an hein et on va faire comment pour débusquer les malades mentaux non diagnostiqués avant qu'il passe a l actes vous avez un projet de fichage comme la gestapo peut être ?

    • Pathétique le 09.09.2019 09:20 Report dénoncer ce commentaire

      @Trump

      100 c'est le chiffre actuel. L'année n'est pas terminée

  • Bubu le 07.09.2019 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bu

    Ces hommes, ils sont élevés par leur mère, non?

    • Quel rapport ? le 09.09.2019 15:51 Report dénoncer ce commentaire

      @Bubu

      Oui et ? S'ils viennent d'une famille où ils voient leur père battre leur mère, ils ont plus de risque de reproduire cette violence.

  • Jordanne le 07.09.2019 22:43 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'est-ce que cela dit de vous ?

    Manifestement, le fait d'afficher et de montrer l'enfer vécu par des victimes CHEZ NOUS dérange beaucoup de personnes (principalement des hommes) qui commentent ici

    • Trump le 08.09.2019 01:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jordanne

      déranger ? non je trouve ça juste stupide c'est uniquement de la propagande pour rabaisser les hommes et plus grave elles ont beau dénoncé ça autant qu'elles veulent ça changera rien au nombre de décès par an parce y a absolument aucune solution concrète a ce problème si ce n'est ordonner des cours obligatoires de self défense aux femmes ... mais ça bien sûr elles s'y opposeraient bien évidemment parce-que ça réglerai le problème et elles ne pourraient plus faire les folles dans la rue ces féministes decérébré...

  • Monsieur Furet le 07.09.2019 22:23 Report dénoncer ce commentaire

    Paillasson

    Pour info, elle n'est que "secrétaire d'état"

  • Marie le 07.09.2019 21:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu'on se le dise

    Quand on sait que la majorité des cas de violence sur les femmes sont à imputer à devinez qui? Et oui, ces fameuses chances importées, tellement chères à la gauche. Nos socialos ne veulent surtout pas comprendre que dans leurs cultures si on peut appeler cela ainsi, ils ont 700ans de retard à combler. Et nos bisounours pensent que comme ils sont ici, ils vont accepter les féministes qui se veulent dominantes, les lgbt, la démocratie, le célibat, la laïcité et toutes nos libertés comme ça par magie. Non mais sérieux les féministes, attaquez-vous à la racine du problème ou assumez vos idéaux!

    • Ironie le 07.09.2019 22:44 Report dénoncer ce commentaire

      @Marie

      Il est si facile de mettre la faute sur les autres n'est-ce pas ? D'ailleurs, la violence conjugale est toute nouvelle, depuis qu'il y a tant de personnes d'ailleurs, ça n'existait pas du tout avant en Suisse !

    • solange le 07.09.2019 23:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marie

      il y plus de fémicides en suisse fait aussi par des suisses!!

    • Stop à l'immigration non contrôlée le 08.09.2019 00:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @sola

      Certe, mais souvent ce ne sont pas des Suisses de souche...

    • Max Muller le 08.09.2019 10:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Stop à l'immigration non contrôlée

      Bin non, ce n'est pas dans nos coutumes Suisse. C'est surtout les gens des Balkans, les tamouls qui on le droit du tuer la femme et certains musulmans.